Téléphone : 514-569-6333

Téléphone : 06 15 09 43 47

La croqueuse d'homme La croqueuse d'homme Agence CQMI

Les Femmes Russes sont-elles des croqueuses d'hommes ? 3 témoignages

18 janvier 2018

Une femme russe qui s’en va épouser un homme étranger : cette idée il y a encore 20 ans, excitait l'esprit des filles qui rêvaient d'une belle vie en Amérique ou en Europe. La situation a changé depuis longtemps, mais l'image d'une femme russe qui rêve de s'échapper de sa terre natale pour finalement vivre humainement à l'étranger (bien sûr, aux dépens de son mari naïf) est toujours forte dans la mentalité occidentale. Alors finalement, les femmes russes sont-elles des croqueuses d’hommes ? La réalité est toute autre…

Le récent article scandaleux sur la façon impopulaires dont certaines filles partent à l’étranger « Natasha la russe » est construit juste sur ces stéréotypes: comme si les femmes de la Russie ne rêvent pas de trouver un partenaire masculin en tant que tel, mais seulement la bague et le tampon sur le passeport ainsi qu’une sécurité matérielle. Elles forceraient leurs maris étrangers à entretenir leurs parents, manipulent, feraient des caprices, empêcheraient les pères d'élever leurs enfants, ne sont pas en mesure d'établir des partenariats et de profiter de la vie. L'article a été rapidement enlevé car jugé comme offensant, mais, comme ils disent, il reste un gout amer.

L'Internet a été le support d’une discussion animée sur le sujet, et nous avons décidé de se pencher sur la question en suivant l'exemple de l'Italie, où de telles alliances internationales sont particulièrement importantes. Que pensent-ils de nous en Europe dans la réalité et comment les femmes russes évaluent-elles leur situation ? Voici des témoignages directs avec seulement les faits et seulement un discours direct.

russia 2498870 640

Exemple 1 : Julia (Journaliste) et David (Ingénieur) - Ils se connaissent depuis plus de 8 ans, marié depuis 2013

Julia : "La déclaration selon laquelle toutes les filles russes épousent des étrangers principalement pour le statut de femme mariée me semble profondément injuste et offensante." Il y a des cas différents, mais en parlant de moi, je me suis mariée à 33 ans. Ce n'est pas la première proposition de la main et du cœur que j'ai reçue. Il faut comprendre que le mariage avec un Européen implique dans la plupart des cas des partenariats, c'est-à-dire que vous devez travailler, mais aussi élever les enfants et faire le ménage. Le modèle des relations est optimal, puisqu'il vous permet de garder votre liberté personnelle et d'être indépendante, mais vous ne traînez pas seule à la maison, ce qui est exactement ce que j'ai toujours craint dans le modèle standard du mariage.

« Les filles qui ont épousé des Européens et qui se sont installées dans la patrie de leur mari en Europe doivent travailler encore plus qu'en Russie »

Les filles qui croient que, après avoir épousé un Européen, elles ne penseront pas au budget familial, en règle générale, elles n'arrivent même pas au mariage. Leur enthousiasme est stoppé net, lorsque, pour la première fois, elles se font proposer de partager les coûts d'un hôtel ou d'un dîner lors d’un voyage en Europe. Comme le montre mon expérience, pour toutes les filles qui ont épousé des Européens et qui se sont installées dans le pays d'origine de leur mari en Europe, elle doit travailler encore plus qu'en Russie pour maintenir son niveau de vie. La plupart de nos filles russes, sont des filles très douées, parce qu'elles doivent communiquer en plusieurs langues, s'adapter dans un autre pays, travailler, et parfois inventer et créer leur propre entreprise à partir de zéro, parce qu'en Europe, le travail est source de stress.

David : "les filles du monde entier ont le désir de se marier, et pas seulement chez les jeunes filles Russes. Ma seule expérience avec la seule Russe que j'ai épousée est le contraire des stéréotypes : est-ce qu’une femme russe est capricieuse ? oui ! Est-ce qu’elle est intéressée par l’argent ? En Italie, c’est un stéréotype répandu sur les filles d'Europe de l'Est, mais heureusement, ce n'est pas du tout mon cas. »

russian 2015475 640

« Être le mari d'une fille russe est un défi, une bonne occasion de se tester »

Dans la famille, nous partageons les dépenses de manière égale, nous avons une « économie domestique » commune. Bien sûr, je suis un homme et un gentleman, mais pas le seul soutien de famille. Je ne pense pas qu'une femme russe tolérerait un mauvais mari juste pour « porter sa croix ». Si elle n'aime pas quelque chose - elle va le renvoyer et trouver un nouveau mari - plus riche, plus jeune et plus beau. La femme Russe est-elle liée à sa famille ? Nous vivons en Italie, j'ai vu ses parents, peut-être deux fois à Moscou. Enfer, oui, c’est moi-même qui veut voir ses parents, à Moscou, San Sanych et Natalia ! Une femme russe ne sait pas profiter de la vie ? Vous avez une mentalité différente. L'oisiveté n'est pas en haute estime, il est préférable de faire deux ou trois emplois pour vous acheter un sac attrayant ou partir en vacances de rêve - et alors seulement profiter de la vie. En Italie, nous voulons être en mesure de se détendre tous les jours - un petit peu. Et la vie des femmes Russes (et des hommes aussi) c’est le travail, le travail, puis détente totale deux ou trois semaines en mer.

Être le mari d'une fille russe est un défi, une bonne occasion de se tester. Vous allez toujours nous tester d'une façon ou d'une autre : le travail, lire des livres, aller au théâtre, nous devons toujours être en forme. Et c'est bien, sinon nous, pauvres Italiens, resterions paresseux sur le canapé devant la télé. Et avec Julia, j'ai assez d'activités intéressantes : la photographie, la vidéo, le sport. "

Exemple 2 : Ekaterina (spécialiste de la logistique) et Alfio (ingénieur) - Mariés depuis 2004

Ekaterina : " Alfio et moi nous sommes rencontrés à Moscou quand il est venu travailler en Russie. Nous avons vécu trois ans en Russie, notre fille est née en Russie et nous avons déménagé en Sicile à sa demande." Je n'avais pas vraiment envie de bouger car j’avais un emploi et une vie à Moscou. Mais j’ai gardé mon emploi, je travaille ici dans la filiale du bureau de Moscou, je reçois un bon salaire selon les normes locales. J'étudie à l'université, l'année prochaine je prévois de défendre mon diplôme et, probablement, je vais commencer à chercher du travail ici en Italie.

À l'avenir, je veux continuer à travailler, je ne veux pas dépendre complètement de mon mari, bien que, naturellement, son infusion dans le budget familial soit plus grande. En ce qui concerne notre enfant, c’est principalement moi qui m’en occupe. Mon mari fait souvent des voyages d'affaires à travers le monde, mais quand il est là, il essaie de passer du temps avec sa fille. Souvent, j'insiste sur le fait qu'il m'aide à l'emmener à l'école, à venir la chercher, à l'emmener quelque part - je ne peux pas tout gérer avec le travail et les études. Bref, je l'encourage toujours à participer davantage à l'éducation, et je ne le prive pas de l'opportunité d'être un bon père.

L'argent facile en Europe est un mythe et personne ne jette l’argent par les fenêtres ici.

Parlant de la situation dans son ensemble, je pense qu'il est vrai que les femmes russes veulent un mari, une stabilité, qu'elles soient habillées, que le mari la supporte financièrement, et qu’elle ne dépende pas seulement de son propre travail, et qu’elle ne veut se retrouver seule à supporter toute la famille, comme c'est souvent le cas en Russie. Certaines de nos filles croient encore que le mariage avec un étranger résoudra tous leurs problèmes et augmentera leur statut.

russian 2015482 640

Mais en général, toutes ces caractéristiques et ces stéréotypes sont particuliers aux femmes russes qui ont des maris russes. Une fois en Europe, elles se rendent rapidement compte qu'il existe d'autres relations dans la famille et dans la société, rien n'est simplement donné gratuitement. Il est nécessaire de résoudre les problèmes ensemble et notre statut dans la société occidentale ne dépend que de nous et pas du mari, en commençant parfois une nouvelle carrière à zéro. Souvent, les maris à revenu moyen travaillent dur et économisent. L'Européen moyen supporte des coûts relativement élevés pour le logement, les impôts, la nourriture et l'éducation - les siens et les enfants. Il n'y a pas d'argent facile, et personne ne jette l’argent par les fenêtres. "

Alfio : " Les femmes Russes rêvant de se marier, peu importe le mari ?" Ce n'est pas une bonne perception. Le mariage pour une femme russe, et pas seulement pour une russe, est très important, mais ce serait une erreur de penser qu’elle ne s’intéresse qu’au tampon sur le passeport. Je ne suis pas d'accord avec le fait que la femme russe est une manipulatrice et une chasseuse d'argent. Mon expérience personnelle est très différente. Ma femme est très fière qu'elle valorise son indépendance et elle prend à cœur l’économie de l’argent dans la famille sans même me faire supporter sa famille en Russie.

Une femme russe qui s’octroie à elle seule l’éducation des enfants, n'autorise pas son mari à s’en occuper - de telles situations se produisent, mais, encore une fois, cela ne vaut pas seulement pour les Russes. En tout cas, cela est possible dans le contexte de relations déjà détériorées, lorsque le mariage est en voie de dissolution. Dans l'état normal des choses, une femme n'a pas besoin de manipuler et d'éduquer les enfants seuls. Les Russes ne sont pas capables d’être heureux ? Ce n'est pas vrai. Je pense qu'une femme russe apprend activement le monde et est toujours prête pour de nouvelles impressions, des voyages et des découvertes. "

Exemple 3 : Elena (linguiste) et Alessandro (avocat) - Ensemble pendant deux ans et demi, ils planifient un mariage

Elena : « Je suis dans une relation amoureuse avec un homme italien depuis deux ans et demi. Alessandro vit en Italie, moi je vis en Russie, et cela fait deux ans que nous avons tenté de créer un projet international commun, mais sans succès pour le moment. Nous sommes ensembles par amour (si avec une différence de quatre mille kilomètres qui nous sépare, vous pouvez appeler cela une relation). Son argent m’intéresse très peu (même si pour un certain nombre de choses comme les vols en avion tous les deux ou trois mois – on peut se le permettre seulement à ses propres frais). À mes yeux, ses réalisations sociales et professionnelles sont beaucoup plus importantes. Je ne suis pas capable de manipuler, du moins consciemment. Selon ma propre expérience, j’ai compris que je ne suis pas personnellement intéressée par les « relations de quelques années », mais plutôt par la notion de la famille, qui est de vivre dans la même maison et manger ensemble au dîner, et grâce à laquelle je peux comprendre sur quoi je travaille, et je vis dans quel monde. On peut écrire cela dans les raisons de la "soif du statut d'épouse" de la part des femmes russes.

En général, les femmes qui ont besoin d'être simplement mariées, généralement ne parviennent pas à rencontrer des maris étrangers car le processus est trop compliqué et long. Mais en présence d'une relation réelle avec un homme "marié" - oui, le mariage, c'est important. C’est comme un projet commun : Imaginez qu’on vous offre un travail, mais sans l'enregistrement du contrat, sans définir la portée du travail et sans délais. Avez-vous beaucoup de motivation à investir ? Au démarrage, c'est tout à fait possible. Mais combien de temps allez-vous durer dans cette relation pas claire ? "

Alessandro : «  Les femme russe sont pour moi les vraies amoureuses de la beauté avec un bon goût et une soif inépuisable de connaissances, la responsabilité, la fiabilité, et un esprit pragmatique D'après mes observations, elles sont des mères idéales, on le voit bien dans le niveau de courtoisie et de l'éducation des enfants russes. Je n’ai jamais cru au mythe de la « femme de l’Est » insidieuse, enracinée dans l'esprit des gens de l'Ouest. Ce sont souvent des provinciaux qui n’ont jamais voyagé en dehors de leur village. À mon avis c’est de la grande bêtise de vouloir appeler les femmes russes de chasseuses de maris et d’éternelles victimes des circonstances.

russia 2633850 640

Les filles qui courent après la bague de mariage et les femmes qui souffrent en silence sans se plaindre peuvent également être trouvées dans d'autres pays, pas seulement en Russie…

Les Européens en principe ont de la difficulté à comprendre l'échelle du territoire de la Russie. Quand nous disons « femmes russes », nous devons comprendre que c’est un pays qui s'étend de l'Europe au Pacifique, qui compte 145 millions d'habitants, dont la plupart sont des femmes. Alors, qu'entendons-nous exactement par l’étiquetage qui est fait au sujet de la femme russe ? Certes, sera parmi elles vous trouverez des chasseuses d’homme, et des femmes de type « martyre » - de la même manière que dans les autres pays, ce phénomène est commun dans le monde entier. Cela soulève une autre question : comment un homme peut-il se considéré mature et conscient (russe, italien français ou américain), qui se laisse impliquer dans ces jeux de séduction malsains ? Cette immaturité banale et cette ignorance d'une personne n’est-elle pas la source des stéréotypes qui sont nés au sujet des femmes russes ? "

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 3649 fois