Téléphone : +1 514-794-5053

Téléphone : 06 15 09 43 47

6 erreurs à éviter avec une femme russe 6 erreurs à éviter avec une femme russe Agence de rencontre CQMI

6 Erreurs à éviter avec une Femme Russe

15 juin 2015

En France les mariages mixtes se sont multipliés ces dernières années jusqu’à atteindre des chiffres records. La Russie est devenue le troisième pays dans le monde pourvoyeur d’épouses pour des hommes français, laissant derrière tous les autres pays européens et seulement devancée par deux pays d’Afrique du Nord, l’Algérie et le Maroc. L’Ukraine n’entre pas dans le top 10 des pays fournissant une épouse à un homme français, mais ces chiffres sont bien sûr tout à fait inversés dans d’autres pays francophones comme par exemple le Canada. Dans le cas d’hommes venant de France ou du Québec, plus de 90 % des femmes slaves épousant un homme francophone s’installent ensuite dans le pays de leur mari, massivement des Russes en France, et des Ukrainiennes au Canada. Ces mariages nombreux ont été rendu possibles par la véritable osmose qui peut exister entre une femme russe ou ukrainienne et un homme francophone, qu’il soit Français, Canadien, Belge ou Suisse. Ces femmes ont d’immenses qualités et quelques défauts comme tous les représentants de l’espèce humaine, rendant les hommes qui les ont épousés extrêmement heureux. Si vous parliez avec des hommes mariés avec des Russes ou des Ukrainiennes, dont beaucoup auront été mariés à des femmes de leurs pays respectifs, vous pourriez comprendre l’immense chaleur qui existe dans de tels couples.

Cependant ces couples ne se sont pas formés sans une longue histoire peuplée de moments tendres, d’affection et d’amour, mais aussi de difficultés, d’incompréhension et de complications. Dans les commencements d’une rencontre avec une femme russe ou ukrainienne, notamment et surtout via l’Agence CQMI, le brasier qui ne manquera pas de s’allumer en vous pourrait vous faire oublier qu’il existe un énorme fossé au départ avec ces femmes. Il ne faudra donc pas négliger les différences culturelles qui existent entre l’Europe de l’Est et l’Europe de l’Ouest, à fortiori avec l’Amérique du Nord dont bien sûr le Canada. Ces jolies femmes slaves, russes ou ukrainiennes sont bien plus nombreuses que les hommes de leurs pays, leur recherche se conjugue souvent avec la réussite de leur vie sentimentale, la fondation d’une famille, la recherche du grand amour, de l’homme vrai, aimant et sûr. Si elles seront prêtes dans leur immense majorité à quitter leur pays, vous devrez toutefois savoir qu’elles ne le quitteront qu’à la condition expresse d’avoir rencontré LEUR HOMME, celui qui s’assemblera parfaitement à leur caractère, à leur intellect, à leurs désirs et aspirations. C’est ici que le barrage de la langue, qui peut créer des illusions, vous conduira peut-être à négliger les détails. Vous aurez peut-être aussi la sensation nette d’une similitude, d’une proximité grande entre les deux mondes, sur une base chrétienne (le plus souvent), européenne, avec un socle commun de civilisation (sauf pour des femmes russes venues d’au-delà de l’Oural et jusqu’aux portes du Pacifique), mais ceci pourrait être très trompeur.

Afin de vous éviter de commettre des erreurs et de vous engager dans une démarche qui ne vous apportera que des déceptions, afin de vous éviter les déconvenues et peut-être des regrets, pour que vous ne fassiez pas des milliers de kilomètres pour rencontrer une femme de l'Europe de l'Est sans connaître ses attentes, l’Agence CQMI vous propose quelques conseils utiles si vous voulez vraiment réussir à séduire votre future femme slave, qu'elle vienne de Russie, d'Ukraine, de Moldavie, de Biélorussie ou du Kazakhstan.

1- Évitez d’être trop familier avec une femme russe.

Dans le monde francophone, en fonction de vos origines sociales et de votre éducation, il arrivera très souvent que votre mode de pensées, votre ouverture vers les autres sera celle prolixe et généreuse des latins. Volubile, un tantinet agité et fantasque, vous ne vous rendrez pas compte de votre nature, en particulier si vous venez du pourtour méditerranéen ou des marches des Pyrénées et de l’Atlantique. Depuis la Révolution française par ailleurs, beaucoup de Français considèrent le vouvoiement comme une mode dépassée et aristocrate, une marque « honteuse », rétrograde et désuète d’un temps ancien révolu. Ce mode de vie, influencé par ailleurs par des artistes brillants tels que les chanteurs Brassens et Renaud, l’humoriste Coluche, certains politiciens et penseurs du XXe siècle ou même de notre ère, sans parler de révolutions dans la société comme celle de mai 68, ont installé particulièrement en France mais de manière plus large dans le monde francophone une liberté de parole, un naturel emploi du tutoiement qui ne sont pas franchement de mise dans le monde slave. Dans la culture russe une femme a besoin d’un peu de temps pour s’adapter à la personne rencontrée, et savoir si elle peut lui faire confiance. Les dames russes ne sont pas habituées aux rapports ouverts et spontanés dès le départ. Elles prennent le temps de faire connaissance et bâtissent souvent dans la durée leurs relations personnelles. Ceci sera particulièrement vrai pour toutes les générations de femmes russes ou ukrainiennes nées avant 1985, la tendance s’infléchissant légèrement dans les jeunes générations. Dans l’absolu donc ne cherchez pas à passer rapidement au mode de communication trop familier avec une femme russophone, soyez patient et adaptez-vous au rythme slave. Vous noterez par ailleurs que dans le monde russe, le nom se décline en un prénom, un patronyme et enfin le nom de famille. Il sera d’usage en principe d’user donc du prénom et du patronyme (ce qui montrera votre respect) surtout si vous avez en face de vous une femme ayant dépassé la quarantaine, à fortiori la cinquantaine. Cette politesse pourra cependant être excessive avec les femmes les plus jeunes, surtout en deçà de la quarantaine (qui pourront se sentir « vieille »). Vous serez donc bien avisé de demander la manière la plus adéquate de les appeler lors de votre premier rendez-vous. Dans tous les cas, une proximité trop soudaine, une familiarité trop subite, des gestes ou des paroles déplacées pour les standards russes vous causeront immédiatement un préjudice. Ayez conscience que le rituel franco-français de la bise, est quelque chose de très violent et d’agressif dans le monde slave. Les femmes russes n’embrassent personne, même sur la joue, à part bien sûr leurs proches amies, leurs parents et grands-parents. Mais écoutons le témoignage d’Hervé :

« La bise est vraiment un élément de la culture relationnelle française, dans un pays comme l’Ukraine et en Russie, c’est une pratique presque choquante. Les Russes n’aiment pas le contact physique, encore moins les femmes, en général d’ailleurs elles n’embrasseront que les gens très proches de leur famille. Marié avec une Russe, jusqu’à présent ma belle-sœur ne m’a jamais fait la bise, car il existe une barrière normale et souhaitable, cependant depuis quelques années ma belle-mère me fait une bise, c’est assez l’usage d’ailleurs quand les Russes se font la bise, une unique bise. De même, si je fais la bise à mes meilleurs amis français, mes très bons copains, mes cousins et les membres masculins de ma famille dont mon père, les hommes russes ne s’embrassent jamais ! Restez à distance donc, y compris des femmes, et pour les saluer un simple bonjour suffira, y compris si vous ne parlez pas le russe ou l’ukrainien, le mot bonjour est connu de tous dans le monde slave. Dites donc Bonjour ! Vous serrerez les mains des hommes en Russie comme en Ukraine, également si les femmes vous tendent une main, ce qui peut arriver, mais ne la gardez pas dans la vôtre, évitez absolument les contacts physiques, les frottements, les attouchements spontanés dans les discussions, restez à distance, c’est la meilleure attitude et si vous êtes habitués des extravagances latines, entraînez-vous à maîtriser vos réactions. Ne soyez pas envahissant, par exemple attablé à une table d’un café, laissez un espace vital normal à votre interlocutrice tant que vous serez dans la phase faire connaissance, plus vous serez pressant, envahissant, plus vous augmenterez vos chances de passer pour un « malotru » pour rester dans un langage poli ! ».

2- Soyez optimiste et positif !

Ayez confiance en vous-même lorsque vous communiquez avec une femme slave. Il est important de savoir que les femmes de l'Europe de l'Est accordent de l’importance à leur apparence : vêtements, maquillage, coiffure, etc. Si vous voulez conquérir le cœur d’une femme russophone et obtenir un résultat positif de vos démarches – soignez-vous. Sauf exception, les femmes slaves sont en recherche d’hommes réalistes et pragmatiques qui allieront aussi des qualités de cœur, sentimentales et romantiques. Mais vous devez avoir conscience que les femmes russes adorent les hommes qui ont du tempérament et qui savent ce qu'ils veulent. Dans le monde francophone, cette idée de l’homme sentimental et romantique est désormais mise en corrélation avec l’homme « mou », stupide et inintéressant. Ce ne sera pas le cas en Russie ou ces qualités seront très appréciées, mais quand elles seront couplées à une force intérieure, à un optimisme affirmé et à une joie de vivre visible et prégnante. N’adoptez jamais un comportement désespéré. Adoptez plutôt des comportements positifs qui donnent envie à cette femme de Russie ou d’Ukraine de vous joindre. Vous devez savoir que le sport national français, à savoir la critique, est quelque chose de très mal vu dans le monde slave. Il n’existe pas de critique positive dans la mentalité slave, et l’impression qui ressortira des critiques que vous pourriez émettre sur ce que vous voyez, vivez ou sur les gens qui sont autour de vous sera forcément perçu négativement, voici le vécu une fois encore d’Hervé :

« La critique positive ou négative fait partie de notre culture en France, nous critiquons, nous râlons, nous ruminons et même nous nous énervons tout seul ! Dans le monde russe et slave, la critique est quelque chose qui ne peut être que négatif, aussi si vous vous lancez dans une diatribe pour commenter l’état des routes en Ukraine, la pauvreté du sourire des caissières dans un supermarché, la différence qu’il y aurait eu en France ou au Canada si l’on avait construit les lignes électriques que vous apercevez à ce moment-là au-dessus de votre tête, ou si vous commentez sans cesse ce qui vous entoure, alors vous enverrez un message négatif. Pour ma part, je continue parfois de faire cette erreur, de formation historienne il m’a toujours été difficile de me départir de la critique positive. Si vous le faites, alors je vous invite à faire aussi et d’abord (ou après), la critique inverse, votre autocritique. Je ne cesse dès lors de proclamer (ce qui est vrai), que la France c’est parfois mieux que la Russie, mais que souvent la Russie c’est mieux que la France. Une femme russe ou ukrainienne qui vous entendra critiquer en permanence sera agacée, car ceci est perçu comme très négatif. Évoquez donc ce que vous trouvez de bien dans ce que vous découvrirez de l’Ukraine ou de la Russie, il y a tant de choses formidables dans ces deux pays ».

russia 641553 640

3- Les femmes russes et ukrainiennes sont fières de leur pays.

Si vous vous lancez dans des débats politiques sur l’Ukraine et la Russie, si vous vous avancez dans les questions d’histoire, de géopolitiques et de situation internationale en pointant les failles que vous estimez voir en Russie ou en Ukraine, alors ne vous attendez pas à faire des miracles de séduction. Les hommes qui prennent la peine d’apprendre quelques phrases de russe ou d’ukrainien avant leur voyage sont bien mieux perçus que les hommes prétentieux qui viennent en terre conquise. Les pays de l’ex Union soviétique ne sont pas des pays du tiers-monde. Allez donc faire un tour à Moscou, à Kiev, à Lvov ou à Saint-Pétersbourg et vous y trouverez des traditions et une histoire millénaire. En découvrant le Musée de l’Ermitage, le Musée Pouchkine ou la Galerie Tretiakov, les palais des tsars, dont celui de la Grande Catherine à Saint-Pétersbourg, celui plus ancien du Kremlin de Moscou, les splendeurs des églises et des monastère à Kiev, l’architecture de toutes les villes les plus remarquables comme Lvov, Pskov, Nijni-Novgorod et tant d’autres, alors vous pourriez bien comprendre votre ignorance d’une brillante civilisation, et à travers elle des écrivains, des poètes, des artistes, des compositeurs, des inventeurs ! Qui de vous connaîtra en effet les œuvres de Nicolas Gogol, de Léon Tolstoï, de Mikhaïl Boulgakov, d’Andriy Chevchenko, de Fiodor Dostoïevski, d’Anton Tchekhov, d’Alexandre Pouchkine, d’Ivan Tourgueniev, qui de vous pourrait se targuer de connaître la musique d’Igor Stravinsky, d’Alexandre Scriabine, de Nicolaï Miaskovski, d’Alexandre Tcherepnine ? Pourriez-vous dire ce que pesèrent les travaux de Sergueï Korolev, ceux de Mikhaïl Lomonossov ou encore de Dmitri Mendeleïev parmi des centaines d’autres scientifiques et ingénieurs ? Savez-vous qui sont des personnages tels qu’Oleg Antonov, Gueorgui Joukov, connaissez-vous les vers de Sergueï Essénine, avez-vous entendu parler des exploits de Valery Tchkalov, des distinctions d’Ivan Pavlov, pouvez-dire ce qu’écrivit Mikhaïl Cholokhov et citer une demi-douzaine des plus brillants réalisateurs de cinéma russes ou ukrainiens ? Vous pourriez bien également vous rendre compte que beaucoup de femmes russes et ukrainiennes connaissent votre culture, du moins dans les grands classiques aussi bien que vous… et pourraient parfois vous en apprendre. Respectez donc la Russie, l’Ukraine, leurs civilisations et dites-vous bien que votre futur mariage sera aussi celui justement… de vos cultures et de vos traditions, vous devrez aimer et assimiler celle de votre aimée ! Plus encore, si vous fondez une famille, vous aurez le devoir d’apporter à vos enfants les deux traditions, une richesse qui sera un avantage énorme dans leurs vies futures (et la vôtre !). Nous avons déjà évoqué cette tendance que nous avons dans le monde francophone à la critique, parfois même à la condescendance ou à un sentiment de supériorité. Les femmes russes et ukrainiennes seront très sensibles à votre discours sur leur pays et vous seriez peut-être déçu aussi de leurs réactions dans le vôtre. Hervé témoigne :

« Je viens d’une région de France qui cumule la densité la plus forte de monuments historiques dans tout l’hexagone. C’est une région provinciale et tranquille qui n’a pas de très grandes villes. Quand j’ai rencontré ma future épouse russe, nous avons commencé par nous voir à Moscou en Russie, et je suis venu à quatre reprises dans son pays avant qu’elle ne puisse venir dans le mien. J’avais vu donc pas mal de choses de Moscou dans mes voyages, d’autant qu’à chaque fois j’avais passé en moyenne 10 jours là-bas. Lorsque ma compagne est venue chez moi, j’ai été surpris de n’avoir aucun commentaire sur ce qu’elle voyait, rien ni critique, ni commentaire enthousiaste. J’ai compris des années après que cela n’était pas par désintérêt, par absence de sentiments ou de sensations par rapport à ce qu’elle découvrait, mais par pudeur, par intelligence, il y a une sorte de sagesse russe, slave. Trop en dire cela aurait été trop se dévaloriser. Trop célébrer les splendeurs de ma région cela aurait été appuyer sur un complexe d’infériorité que les Russes ressentent parfois, à force que dans le monde, depuis des décennies des Occidentaux, et même certains qui se disent leurs amis, disent que la Russie c’est nul, que l’Ukraine c’est ceci, la Russie cela, qu’il y a tant de choses qui ne fonctionnent pas, ou que dans leur histoire il y a eu tant de personnages négatifs, alors finalement ils préfèrent être modestes, la comparaison serait difficile par ailleurs, entre deux mondes aux bases historiques différentes, entre des pays si éloignés et si profondément différents. Des années plus tard, l’an dernier très exactement, mon épouse m’a dit alors que nous traversions une grande partie de ma région en France « qu’est-ce que c’est beau, quel pays magnifique, pourquoi as-tu quitté tout cela ? ». Je lui ai répondu que c’était parce que je l’aimais plus que tout au monde et ce fut un des plus beaux moments de ma vie, un des plus beaux cadeaux qu’elle ait pu me faire. J’aurais attendu longtemps ce moment, mais maintenant je suis heureux qu’elle ne se soit pas extasiée dans l’instant sur ma région, car entre temps j’avais eu le temps de comprendre que… son monde était aussi beau que celui que j’avais quitté et qu’elle pouvait être très fière d’être Russe ».

4- Faites attention à votre humour avec les femmes russes et ukrainiennes. 

Le fait que les russes ne sourient pas beaucoup dans la vie de tous les jours ne signifient pas qu'ils n'ont pas le sens de l’humour mais bien qu'ils ne sourient pas sans raison et encore moins aux étrangers. Dans votre entretien et première rencontre d’une femme russe ou ukrainienne, vous pourrez et vous devrez sourire, c’est une évidence mais tout en vous gardant une fois encore des comportements trop agités, volubiles, éthérés. Vous ne sourirez qu’à cette femme et vous ferez attention justement à ne pas paraître sensible aux charmes d’une passante, d’une serveuse, d’une autre femme par ailleurs inconnue. Le sourire dans le monde slave avec des inconnus est très rare. Seules des conditions exceptionnelles peuvent justifier ce fait. Un homme qui sourirait à une femme inconnue serait en effet jugé négativement. Le sourire dans le monde slave cache l’hypocrisie, l’homme malhonnête, celui qui vous veut du mal, ou a des intentions pendables et fantaisistes à votre égard. Lors d’une rencontre vous veillerez donc à ne pas être trop insistant, soyez cordial sans être vulgaire, soyez vous-mêmes en contrôlant toutefois vos velléités de votre sang latin. Vous ne flatterez pas une femme en lui souriant ou en la regardant avec insistance, au contraire vous la gênerez. Ne regardez par les inconnu(es), ignorez-les et sachez également que l’autre raison de ne pas sourire à des gens que nous ne fréquentons pas, que nous n’avons jamais vu, c’est que le sourire est aussi associé à un mot russe que nous n’aurons pas le besoin de traduire : « debilism ». Le simple d’esprit, l’idiot est en effet souvent celui qui a le sourire sans raison valable… Vous prendrez garde aussi à comprendre qu’il existe un humour spécifique à chaque nationalité, chaque pays aura son humour, ses moqueries envers les autres nationalités, il en va de même de la Russie et de l’Ukraine. Le sens de l'humour des femmes russophones est également différent : elles préfèrent en général les blagues fines, avec un humour indirect. Mais écoutons encore Hervé :

« S’il y a une femme avec qui j’ai beaucoup rigolé c’est bien mon épouse russe, nous ne cessons jamais de plaisanter, mais cela est une connivence que nous avons installée avec le temps. Les Russes ont un humour spécifique, j’ai eu du mal parfois à comprendre les subtilités, toujours maintenant, et l’un comme l’autre nous avons fait des blagues dans notre humour qui ont fait un flop dans l’esprit de l’autre. Cela prend du temps d’appréhender l’humour d’une autre culture. Mais si les Russes sont réputés pour ne pas avoir d’humour, je peux vous assurer qu’ils en ont énormément. Ils ont des humoristes nombreux qui me font hurler de rire[1], je peux citer les Pelmenis Ouraliens, ils ont une chaîne YouTube qui compte plus de deux millions d’abonnés c’est dire leur popularité[2] et ils ont aussi un cinéma humoristique hilarant, parmi les séries les plus délirantes que j’ai jamais vu, il y a une série qui s’appelle « Nazad CCCP », comprendre « Retour en URSS »[3], une série russe tournée en 2010 de six épisodes où un homme d’affaires russe ruiné, ayant des problèmes dans son couple et dans sa vie, passe accidentellement dans un portail dimensionnel qui le transporte dans le temps… en 1975. J’ai beaucoup rit ! Les Russes donc aiment rirent mais pas avec n’importe qui… les gens choisissent avec attention ceux qui les entourent, nous sommes beaucoup moins prudents et j’avoue que là, ils ont certainement raison ».

cryptocurrency 3435863 640

5- L'argent est un sujet difficile avec une femme russophone.

Il ne faut jamais parler d'argent lors d’une première rencontre avec une femme d'Europe de l'Est, surtout quand il s’agit des frais d’une agence matrimoniale dont vous avez payé les services pour la rencontrer. Cela peut laisser croire à votre correspondante que vous l’avez achetée et cela l’éloignera systématiquement de vous. Le sujet de l’argent avec les femmes slaves est un sujet compliqué. Son évocation insistante dans une première conversation, le fait que vous demanderez qu’elle paye la moitié de l’addition, que vous vous plaigniez du niveau d’imposition dans votre pays des impôts, de vos difficultés ou de la cherté de la vie, sans parler de tous les thèmes économiques autour de l’Euro, des finances etc., vous ferons passer pour un véritable goujat, un avare patenté et pire encore par un homme dont le système de vie ne tourne qu’autour et que par l’argent. Vous détruirez vite toute confiance, d’autant que la notion de l’argent dans le monde russe et slave se trouve à un niveau totalement différent de celui des francophones. Vous paraîtrez également, surtout en Ukraine, comme grossier par le seul fait de la différence du niveau de vie général du pays dont vous venez et du pays où vous vous trouvez. L’Ukraine fait partie des plus pauvres pays de l’Europe, il y a peu de pays plus pauvres dans le giron européen. Pour autant, cette richesse des pays dont vous venez, de France, de Belgique, du Canada et à fortiori du Luxembourg et de Suisse, ne rend pas votre pays supérieur à l’Ukraine ou à la Russie, et ne vous rend pas personnellement supérieur à ces gens… L’argent en effet n’achète pas tout, et si certaines des femmes rencontrées chercheront une stabilité et un foyer normal (sans difficultés ténues), beaucoup ne chercheront que l’homme de leur vie, le grand amour, le seul amour… Alors sachez remballer votre compte en banque, et vos rhétoriques d’économiste en herbe, mais sortir en gentleman quelques billets pour payer raisonnablement les additions et les quelques frais de ses dames venues à votre rencontre.

6- Rencontrer plusieurs adhérentes russes ou ukrainiennes.

Si vous vous posez la question sur la décence de rencontrer plusieurs adhérentes pendant votre voyage en Europe de l’Est, alors vous devez vous fier avant tout à l’expérience de l’Agence CQMI. Venir à la rencontre d’une seule femme, ou d’un nombre réduit, parce que vous avez entamé des discussions virtuelles épistolaires, ou que vous vous êtes enflammés mutuellement, vous conduira vers un échec probable. Depuis que nous organisons des voyages de rencontres, nous pouvons plutôt même affirmer que la rencontre supplémentaire devient souvent la bonne, celle avec qui vous aurez finalement des atomes crochus, un début de relation solide et qui pourrait bien devenir votre femme. Si nous comparons nos forfaits, les hommes ayant choisi celui qui leur permettra de rencontrer le plus de femmes, auront plus de chances de rencontrer l’élue de leur cœur que ceux n’ayant choisi que le forfait explorateur, ou ceux ayant choisi de ne rencontrer qu’une seule et unique femme. Il existe cependant des cas où l’osmose aura pris une ampleur considérable entre deux êtres dès avant la rencontre, via un échange de lettres, des conversations type Skype. Ayant atteint ce niveau affectif, il vaudra mieux vous consacrer à la rencontre de cette seule femme, car vous ne serez alors plus disponible pour personne d’autres. Sachez toutefois que vos chances de succès seront moindres que ceux rencontrant plusieurs femmes. L’exemple concret au sein de l’Agence CQMI reste le cas de Marcel, Québecois de 66 ans dont vous pouvez voir le témoignage.

En conclusion et pour mieux réussir, les six erreurs à éviter dans une rencontre avec une femme russe ou ukrainienne sont :

1- Évitez d’être trop familier avec une femme russe ou ukrainienne, pour le moins au début,

2- Soyez optimiste et ayez confiance en vous-même lorsque vous communiquez avec une femme slave,

3- Les femmes russes ou ukrainiennes sont fières de leur pays, de leurs traditions et de leur histoire,

4- Faites attention à votre humour (ou celui de votre interlocutrice) avec les femmes russes ou ukrainiennes,

5- L’argent est un sujet difficile et à proscrire avec une femme russe ou ukrainienne,

6- Dans le cas des services de l’Agence CQMI, rencontrez si possible plusieurs adhérentes russes ou ukrainiennes.

Inscrivez-vous dès maintenant sur http://www.cqmi.ca/fr/inscription et nous vous appellerons pour planifier une première rencontre gratuite.

Avec l’Agence CQMI votre découverte de l’amour de votre vie… en Ukraine ou en Russie pourrait se trouver plus vite et plus sûrement que vous ne l’auriez cru... à votre portée !

Antoine et Hervé avec l’Agence CQMI

 

[1] https://fr.ilovevaquero.com/iskusstvo-i-razvlecheniya/48148-uralskie-pelmeni-sostav-shou-uralskie-pelmeni.html

[2] https://www.youtube.com/channel/UCq2xl8Soe_NxR9EzLmahcTA

[3] http://fasttorrent.ru/film/nazad-v-sssr.html

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 46372 fois Dernière modification le mardi, 16 octobre 2018 19:02