fbpx
Tatiana une belle femme de 42 ans Tatiana une belle femme de 42 ans Agence matrimoniale CQMI

Trouver l'amour dans une agence matrimoniale après 40 ou 50 ans, oui c'est possible !

16 octobre 2015

QUIZZ : Ais-je une Chance avec une Femme Russe ?

Être célibataire à 40 ans n’est pas quelque chose de si rare ni au Québec, ni par ailleurs dans d'autres pays francophones tels que la France, la Belgique, la Suisse ou le Luxembourg. Au contraire, c'est un âge où beaucoup d'hommes sont célibataires par la force des choses, un divorce étant passé par là, un accident de vie, ou simplement votre existence qui aura passé comme une étoile filante dans le firmament. Il y a beaucoup de personnes qui se retrouvent alors en souffrance, car par la construction de la pyramide des âges, les célibataires âgés de 40 à 50 ans, sont en grand nombre par rapport aux femmes libres de la même tranche d'âge. Dès lors, par la fatalité des choses et des statistiques, les chances pour eux de découvrir une femme bien, jolie, aimante et honnête, du moins dans leur entourage immédiat sont quasi nulles. Du moins... dans le monde occidental !

Il y a en effet des brigades entières d'hommes seuls, que vous pourriez découvrir si vous fondiez un compte de femme dans un site de rencontres lambda. Vous seriez effaré de voir que les sites francophones ont une telle proportion d'hommes seuls par rapport aux femmes, que des hordes d'hommes, parfois 5, 7, 10, 12 hommes pour une unique femme, sont la proportion désastreuse du résultat de la pyramide démographique des sociétés francophones dans le monde occidental (sans parler du sexisme de combat qui est à l'œuvre). Alors, oui les gens peuvent choisir de rester célibataires le restant de leur vie, mais avant de s'enterrer vivant certains préfèrent les sites de rencontres parfois humiliants pour leur condition d'homme, comme Adopte un Mec, ou parfois dangereux pour leur sécurité et le nombre d'escrocs à l’amour qui s'y trouvent en nombre inquiétant comme sur les espaces minimalistes de Badoo. Dans la tête de tout le monde, l'agence matrimoniale ce n'est qu'un moyen ringard de découvrir l'amour, une espèce d'endroit au papier peint démodé, avec une vieille rombière derrière le comptoir d'un bureau poussiéreux... quand cela ne veut pas dire de la poudre aux yeux et des bandits roulants sur l'or et plumant des amoureux transis doux rêveurs...

Oui mais, l'Agence matrimoniale CQMI non seulement ne ressemble pas à cette description éculée et erronée, mais est sans doute le moyen le plus efficace et moderne pour rencontrer la femme de votre vie. Vous ne croyez plus au Père Noël, vous avez raison, mais vous devriez toutefois penser que les hommes audacieux sont ceux qui réussissent et que parfois dans la vie, il faut savoir se prendre par la main et construire soit même, tout seul comme un grand, son avenir. Alors oui, à 40 ou 50 ans, vous pouvez vous inscrire dans une agence matrimoniale et vous mettre en mouvement pour refaire des rencontres. OUI vous avez encore une longue vie devant vous, et cette vie ne rime pas avec fatalité. Notre clientèle comprend une grande partie d'hommes de plus de 50 ans qui sont en grande forme physique. Ce n'est pas parce que vous avez plus de 50 ans que vous devez tirer un trait sur votre vie amoureuse. Par ailleurs cela ne le serait pas non plus à 60 ans, et même à 70 !

  • Les agences matrimoniales sérieuses s’adressent-elles uniquement aux jeunes?

Il est évident que non, car cette démarche demande au contraire beaucoup de maturité, une assise sociale solide, évidemment un budget sans lequel vous ne pourriez ni voyager, ni accueillir une femme dans votre foyer et commencer votre nouvelle vie. L’une des raisons qui peut expliquer l’augmentation du nombre des hommes occidentaux célibataires ayant 40 ans et plus, est tout simplement que les couples ont une tendance à se séparer bien trop rapidement ! A la moindre dispute, au moindre accrochage, c’est chambre à part, puis déménagement et rupture amoureuse ! A l'heure où nous vous parlons, un mariage sur trois est déjà torpillé avant d'atteindre son 7e anniversaire, et plus de la moitié sont terminés avant d'avoir passé les 15 ans. À cause du manque de valeurs familiales, les séparations dans les sociétés occidentales sont très fréquentes. Néanmoins, une chose reste immuable, l’importance de partager avec une personne son quotidien. Ainsi, chers Messieurs célibataires, s’inscrire dans une agence de rencontre est une démarche idéale pour trouver une femme qui correspond exactement à vos attentes.

Car il faut bien se le dire, dans cette tranche d'âge, l'immense majorité des femmes intéressantes sont aux bras d'autres hommes qui sont peut-être vos amis. Enfin vous n'avez plus les réseaux et les connexions pour découvrir des femmes de vos âges, à l'heure où vos années d'études sont éloignées, vos activités cloisonnées, que vous avez peut-être aussi des enfants à charge, un travail important, une maison à vous occuper. Il n'y a pas de miracle à la réussite. Il faut parfois forcer le destin et provoquer des rencontres par des moyens exceptionnels, qui de nos jours sont presque communs, dans le paysage de nos sociétés. Dans la démarche d'une inscription dans une agence matrimoniale, vous aurez déjà la garantie absolue que les femmes qui sont en face de vous... cherche un homme stable, elles vous cherchent ! Lorsque l’on parle de séduction, la majorité des sites de rencontre ou des agences matrimoniales s’adressent aux jeunes. Ceci n'est pas le cas de l'Agence CQMI, bien nous ayons des clients dans la vingtaine, mais nous avons beaucoup d'adhérents ayant dépassé la quarantaine et beaucoup réussissent dans cette recherche. Au CQMI, nous vous proposons une grande variété de profils de belles femmes slaves de 40 ans et plus. N’oubliez pas que vous avez le droit à l’amour et cela à tout âge !

  • Les plus belles femmes de 40 ans sont-elles dans l’agence matrimoniale CQMI.

Au sujet des adhérentes ukrainiennes, russes, biélorusses ou moldaves de l’Agence matrimoniale CQMI qui ont la quarantaine, certaines sont en effet des femmes magnifiques, d'autres sont moins belles d'apparence, mais vous conviendrez que la vraie recherche ne sera pas d'épouser un top modèle qui de toute façon sera difficilement assemblé à votre personnalité, mais de découvrir votre femme, la vôtre, pas celle du voisin, ni celle qui s'en ira... avec votre meilleur ami, ni encore la plus belle femme du monde. Ces femmes auront parfois beaucoup de vécu, d'autres moins. Souvent elles auront des enfants adultes, l'immense majorité auront fait une carrière professionnelle intéressante et dans la moyenne, plusieurs auront gravi des sommets et seront brillantes dans leurs spécialités. Leurs rêves se sont d'être aimées et de découvrir enfin un homme gentil, stable, aimant avec leurs enfants, rêvant d'un foyer tranquille et confortable, pas seulement dans une aisance normale, mais dans la quiétude d'un couple amoureux, attaché l'un à l'autre, s'épaulant et se respectant. Nous effectuons des sélections sévères du côté des adhérentes de notre agence matrimoniale. Les femmes slaves qui sont dans nos listes cherchent l’âme-sœur et non pas le pays ou le support financier. Ces belles ukrainiennes, russes, biélorusses ou moldaves seront des épouses attentionnées et fidèles, avec des valeurs familiales traditionnelles.

Les hommes du monde entier adorent le caractère ouvert, les émotions, la cordialité des femmes slaves. Ils sont séduits et pas seulement par la beauté naturelle et le type de beauté slave des femmes ukrainiennes, ou russes. Très vite, ils découvriront la nature attachante et volontaire de ces femmes, leur intelligence, leur ténacité et l'osmose réelle qui est possible entre le couple idéal qui est un homme francophone et une femme slave. Il n'y a pas de couple plus beau, plus romantique et plus incroyable que ce couple dans le monde. Sachez aussi que c'est parce qu’elles savent prendre soin d’elles même après 40 ans et qu'en général leur éducation soignée, un parcours de vie exemplaire et sérieux fait de nombre d'entre elles, des femmes qui ne sont peut-être pas exemptes de défauts, mais qui du moins savent mettre en exergue leurs plus grandes qualités et atouts.

  • La deuxième vidéo de série de 3 entrevues est déjà sur le site de l’agence de rencontre CQMI

Dans la nouvelle vidéo de notre agence matrimoniale, vous allez découvrir une femme ukrainienne Tania, pleine d'énergie et de convictions! La vidéo se décompose en sections qu’Antoine Monnier analyse afin de mieux cerner la culture et la mentalité des femmes slaves. Il n’est un secret pour personne que les femmes slaves sont parmi les plus belles au monde. Cependant la beauté n’est pas la seule qualité de Tania. Cette magnifique adhérente de notre agence de rencontre, qui a 41 ans, se distingue par sa féminité, ses valeurs traditionnelles, une bonne éducation, et bien sûr de la tolérance ! Tania peut combiner la famille et le travail, elle recherche avant tout un homme respectueux, sobre, qui entretient son aspect physique. C'était déjà, une histoire qui se déroulait en 2015, depuis lors Tatiana a découvert son époux, elle a émigré finalement au Canada et vit des jours tranquilles et heureux, nous sommes très contents de vous annoncer cette nouvelle pour les curieux qui regarderont entièrement cette vidéo des débuts de l'Agence matrimoniale du CQMI.

Inscrivez-vous dès maintenant et nous vous appellerons pour planifier une première rencontre gratuite, discuter de nos différentes forfaits, selon nos formules différentes et adaptées, selon par ailleurs vos spécificités, vos désirs, votre recherche, votre projet, votre nationalité, votre mentalité et enfin selon votre vraie zone de succès, celle où vous découvrirez votre femme.

Avec l'Agence CQMI, il se pourrait bien que l'amour refrappe à la porte de votre maison et plutôt que vous ne le pensiez, il faut parfois avoir du courage, celui de se construire, de s'aimer, pour à son tour être aimer, celui d'user des outils qui sont ceux de notre monde moderne, tout en restant ce que nous sommes, des hommes avec nos sentiments, nos attentes, nos joies et nos peines ! Nous souhaitons vivement que ces dernières soient derrière vous et que vous puissiez découvrir avec nous, le plus grand bonheur de votre vie, celui que plusieurs d'entre nous vivent déjà, et en premier lieu le fondateur de l'agence !

QUIZZ : Ais-je une Chance avec une Femme Russe ?

Un coup de foudre quand on a plus de 50 ans, est-ce possible ?

Certaines personnes doivent atteindre la cinquantaine ou la soixantaine avant de rencontrer leur grand amour - et profiter alors de chaque instant. Trois couples parlent de leur amour dans la vieillesse.
Il faut imaginer l'appartement de Hannelore et Wilhelm Daneker comme un magasin de bric-à-brac géré avec amour. Ici, leur collection de dés à coudre et de pots à lait est exposée, là, sa collection de bouteilles de bière. Presque chaque meuble est ancien, chaque objet a sa propre histoire. Ils servent le thé frison dans des tasses en porcelaine datant de l'époque impériale, les pâtisseries dans le style approprié sur une étagère. "Nous sommes tous deux des collectionneurs passionnés", explique Hannelore à propos de leur idylle de 140 mètres carrés. La table bistro de la cuisine était autrefois une porte d'écurie en Corse avant d'être expédiée à Emden dans un camping-car et montée sur un tronc d'arbre coupé. Mais les horloges accrochées partout sur les murs sont particulièrement frappantes. "Mais seulement un sur 50 y va", dit Wilhelm Daneker, aujourd'hui âgé de 63 ans. "C'est la beauté de nos vies, nous avons enfin le temps." Hanne acquiesce : "Je profite de chaque minute avec lui." Et quand on les voit ainsi tous les deux, le grand Frison à la barbe grise tachetée et sa joyeuse Hanne, quand on observe leurs mains qui se touchent négligemment, on sent clairement qu'il ne s'agit pas d'une production. C'est l'amour.

Le très grand sentiment auquel sont confrontées de plus en plus de personnes dans la seconde moitié de leur vie : "Jusqu'à il y a quelques années, les femmes en âge de prendre leur retraite étaient plus modestes", explique la psychologue et auteure Kirsten von Sydow, qui a écrit un livre sur le sujet intitulé "Le désir d'amour chez les personnes âgées". L'auteur, basé à Hambourg, y constate une évolution des besoins, notamment chez les femmes : "Par le passé, elles se retiraient vraiment en maison de retraite, ce qui contrastait fortement avec leurs homologues masculins. Aujourd'hui, bien sûr, les femmes veulent aussi une vie amoureuse épanouie dans la vieillesse." Pourquoi devraient-ils y renoncer, d'autant plus qu'ils ont encore l'air et se sentent jeunes ?

Hanne, cependant, n'avait pas pensé à un nouveau partenariat lorsqu'elle a vu Wilhelm pour la première fois. "J'ai beaucoup trop apprécié ma vie après le divorce pour cela", dit-elle en prenant le thé. "Quand je suis rentrée chez moi après le travail, j'étais juste heureuse de pouvoir aller directement dans mon bel appartement." Jusqu'à ce jour, où il l'a appelée à ses côtés lors d'un séminaire qui en était déjà au stade de la connaissance : "À ma droite, c'est libre, c'est là que j'aimerais qu'Hannelore soit." À partir de ce moment-là, ils se sont croisés : il l'a emmenée à la gare après le séminaire, et elle s'est mise à pleurer devant le train. Cool Hanne, qu'il surnomme affectueusement la "colombe de la paix" parce qu'en tant que deuxième maire de sa ville natale, elle s'est engagée dans la politique de la paix, alors que lui, en tant qu'ancien officier de la Bundeswehr, a toujours voté conservateur. Puis ils ont eu leur premier rendez-vous : il lui a parlé de son hobby, le scooter cabine Messerschmitt blanc. Il voulait aller en Sicile avec. Seul, car son mariage était déjà dans l'impasse à l'époque. Mais Hanne a été tellement enthousiasmée par son idée qu'elle a spontanément décidé de l'accompagner.

Six semaines à l'étroit - cela renforce l'amour dans la vieillesse


Ils ont ensuite été sur la route en Italie pendant six semaines, dans un espace des plus restreints, entassés dans la cabine chaude jusqu'à huit heures par jour, dormant dans la tente le soir. Un pari, pour être sûr. "Mais on se sentait comme une merde à chaque seconde", dit-il, ajoutant rapidement un compliment : "Avec cette femme, on ne s'ennuie pas une seconde." C'est parce que Hanne est au moins aussi aventureuse que lui. Ensemble, ils se sont rendus au Kenya, en Gambie, au Zimbabwe, au Botswana, au Maroc et en Égypte ces dernières années. Mais ils conservent toujours un rituel, qu'ils séjournent dans un lodge de luxe ou à la maison : "Nous dormons toujours de la même manière que lors de notre première nuit dans la tente, blottis l'un contre l'autre comme des spoonies."

Dans le plus pur style Messerschmitt, ils se sont mariés il y a deux ans. Ils disent tous deux qu'ils n'avaient pas vraiment besoin de s'engager officiellement, mais qu'ils voulaient s'assurer que chacun d'eux pourrait rester dans leur appartement d'Emden, qu'ils appellent tous deux leur "nid", après le décès de l'autre. C'est pourquoi ils ont également fait signer à leurs quatre enfants issus de leurs premiers mariages une déclaration dans laquelle ils renoncent au paiement de la part obligatoire de leur héritage. "Il y a toujours une bagarre pour ce fichu argent à un moment ou à un autre", dit le vif Wilhelm, "nous ne voulons pas que cela arrive". Ils veulent se disputer le moins possible en premier lieu. Ils ont tous les deux fait des erreurs dans leur premier mariage. "À quoi bon perdre un temps précieux, hein, Hanne ?" Elle ressent la même chose. "A quoi bon l'argent de toute façon ?" s'est-elle demandé, avant de décider en toute conscience de ne pas augmenter les salaires et d'opter pour une retraite partielle. "Trois ans ensemble, nous y avons gagné. Parce que le fait d'être en bonne santé et d'avoir l'autre n'est pas une évidence à notre âge. Nous avons rencontré une fois en Corse un couple qui était beaucoup plus âgé que nous. Ils ont parlé au nom de nos âmes quand ils ont dit : "Nous vivons complètement l'un pour l'autre et nous voulons encore voir beaucoup de choses dans le monde.

D'où leur vient cette harmonie exubérante et cette joie de vivre ? Dans son nouveau livre "Länger leben, länger lieben", le chercheur en tendances Peter Wippermann décrit le comportement des couples âgés comme une "seconde puberté" : celle-ci commence vers 50 ans et se divise en différentes phases. Autour du 50e anniversaire, beaucoup de personnes ont le désir de recommencer à zéro. Surtout si, après un divorce ou le décès d'un partenaire, il y a inévitablement eu une phase de "prise de conscience de soi", au cours de laquelle on apprend à se connaître à nouveau. Vient ensuite la phase de réalisation des rêves de la vie : vous aménagez un nouvel appartement, prenez un congé sabbatique et partez en voyage. Et à un moment donné, le besoin de proximité refait surface. "Généralement encore plus fort chez les femmes", estime Wippermann. "Les hommes n'ont souvent plus besoin d'être aussi contraignants." Mais si c'est le bon, même les spécimens les plus prudents peuvent être persuadés . . .

Dieter Suhr et Elfi Zillessen, de Haan près de Düsseldorf, se connaissaient depuis quatre ans. Ils se sont rencontrés dans la salle du personnel de l'école où ils enseignaient tous les deux. Il l'a aimée dès le début, "une collègue tellement ouverte et joyeuse". Il n'a jamais pensé plus loin que ça. Après tout, il était marié, "et je suis très monogame". Ce n'est qu'un an et demi après sa séparation d'avec sa femme que le sportif et la séduisante femme d'une quarantaine d'années ont commencé à se fréquenter. Ils allaient au musée, au cinéma, danser. C'était son idée, et Elfi l'a trouvée merveilleuse : "J'étais déjà divorcée depuis plusieurs années - et je pensais à une nouvelle relation. J'ai fait confiance à Dieter depuis le début." Elle l'a trouvé attirant, aussi. Mais rien ne s'est passé. Ils ont continué à sortir, à visiter des expositions. Un an et demi plus tard, toujours pas de baiser. "Je recommence à vouloir une vraie relation", lui a-t-elle dit directement. Ce à quoi il a répondu : "Je sais, je sais, mais je ne suis pas encore prêt." 

En plus de son rôle de père célibataire, il avait récemment assumé un nouveau rôle à l'école qui le tenait occupé. "Et il se trouve que je suis un perfectionniste", dit-il de lui-même. Mais à présent, Elfi avait presque perdu courage. "Je n'ai jamais été dans le rôle de celui qui doit attendre." Aujourd'hui, dans sa maison mitoyenne située à la périphérie de la petite ville de Haan, elle peut en rire. Mais à l'époque, elle était tellement découragée "qu'à un moment donné, je lui ai plus ou moins mis le pistolet sur la tempe". Elle n'en pouvait plus, elle a éclaté en sanglots devant le thé de l'Avent. Ce à quoi il a répondu : "Tu sais comment je suis." Mais le lendemain, il a mis un mot dans sa boîte. "Je peux te parler cet après-midi ?", a-t-il dit. Et puis ils sont allés se promener. Enfin, Dieter a également parlé "de sentiments que je ne peux et ne veux plus cacher".

Leur amour dans la vieillesse devient encore plus fort grâce au mariage...


Et que fait Elfi ? Elle lui donne un baiser exubérant, mais n'arrive pas vraiment à y croire et a besoin de jours, d'une autre lettre et d'autres promenades pour pouvoir dire oui à cette nouvelle situation. Finalement, ils ont décidé de tenter le coup - ils ont déjà passé le réveillon du Nouvel An ensemble. Le 1er janvier, ils sont allés en mer du Nord - "nous étions tellement excités que nous ne pouvions pas voir la mer", dit-il. Et elle dit : "Je savais dès le début que ça valait la peine de s'accrocher." Les deux se sont trouvés, et ça se voit. Même si leur schéma - elle va de l'avant, il prend son temps - se répète de temps en temps. Lorsqu'elle a voulu se marier, par exemple, il a dit : "Pourquoi ? Je resterai avec toi même si tu ne te maries pas." Mais pour elle, cette étape était importante, alors elle a simplement dit : "D'accord, tu n'as pas à m'épouser, je vais t'épouser." C'était il y a six ans. Ses bagues disent : "Rien d'autre ne compte." L'année dernière, Elfi a pris un congé sabbatique et a parcouru le monde avec Dieter. "Après cela, j'avais déjà peur de ce que ce serait de retourner à l'école tous les jours, mais je peux encore briller." Le mariage leur donne de la force à tous les deux. Et elle décrit également la relation avec ses enfants comme très bonne.

Ce n'est pas toujours le cas, comme le note l'auteur du livre, Kirsten von Sydow : " Si les enfants issus d'une précédente union s'opposent à la nouvelle relation par souci d'héritage ou de loyauté envers le premier partenaire, cela peut être très stressant. " En fin de compte, cependant, les relations amoureuses tardives ne peuvent tout simplement pas être décrites en termes généraux. Il y a même quelques histoires dans "Generation Silver Sex" (Wippermann) qui paraissent presque aussi kitsch que le roman d'un médecin. Dans lequel les rêves des filles, enterrés depuis longtemps, sont toujours réalisés.

Par exemple, le rêve d'un homme fort qui vous portera dans ses bras pour le reste de votre vie, comme Günter Schwarz l'a promis à sa Claudia lors de son mariage, devant tous les invités. C'était la faute du collègue de travail de Claudia s'il en était arrivé là. Elle pensait que Claudia devait refaire connaissance avec un homme après cinq ans de célibat. "À 50 ans, vous ne devez pas vous contenter de deux mariages ratés", a déclaré l'amie intelligente et inscrite Claudia sur le service de rencontres en ligne Parship. Claudia vivait seule à l'époque et n'avait pas vraiment besoin d'un homme. Mais le tout premier e-mail semblait intéressant. Elle venait de Günter Schwarz, un self-made-man allemand qui était devenu une célébrité nationale en Suisse avec une entreprise de dynamitage. Un géant gris argenté avec le charisme d'un patriarche. Il avait rencontré pas mal de femmes après son divorce, mais la bonne n'avait jamais été là.

Mais cette fois, c'était différent, Günter Schwarz l'a remarqué dès la première rencontre à Zurich : "Quand j'ai vu Claudia descendre l'escalator à l'aéroport, j'ai pensé : c'est elle", raconte-t-il depuis le fauteuil de direction de son bureau. Des dizaines de dossiers contenant des coupures de presse sur ses exploits sont posés derrière lui sur l'étagère, la photo de Claudia dans un cadre argenté devant lui sur le bureau. Elle lui avait envoyé une photo à l'avance à l'époque, se décrivant comme "grande, mince, séduisante". Sa confiance en soi l'avait rendu curieux, "mais en personne, la femme m'a presque déstabilisé". Donc, pour son premier week-end, il a agi comme un gentleman. Il a joué les guides touristiques cinq étoiles, l'a amadouée. "Une si belle femme ne mérite que le meilleur", c'est encore son credo aujourd'hui. "Et moi ? Je suis resté discret parce que je me sentais pris au dépourvu. Tout s'est passé si vite", interrompt Claudia. Mais bientôt, même cette femme d'une cinquantaine d'années a dû admettre qu'elle ne s'était pas sentie aussi en sécurité depuis longtemps. Presque chaque week-end, elle prenait l'avion pour lui. Mais dès le samedi soir, elle a ressenti ce tiraillement dans l'estomac, car elle allait être à nouveau seule pour la semaine. "Quand elle m'a dit ça, j'ai d'abord pensé qu'elle exagérait un peu", s'amuse Günter. 

Pour le mariage, elle portait une robe de mariée rouge de Dior.


Il se lève à cinq heures tous les jours de la semaine, l'entreprise a besoin de lui. Mais ensuite, lors d'une randonnée dans l'Engadine, il a demandé à Claudia de l'épouser. Il avait envisagé de céder son entreprise à son fils à moyen terme. Ils se sont mariés lors d'une cérémonie à l'église au bord du lac de montagne, "que personne ne peut dépasser aussi facilement", sourit Günter, très content de lui. Claudia présente des albums photos. Il a fait exploser 1000 roses rouges pour elle. Et il a aussi choisi la robe de mariée rouge de chez Dior. Bien sûr, elle n'a plus besoin de travailler. Elle a ainsi le temps de rendre visite à sa fille de son premier mariage en Angleterre ou de partir en voyage d'affaires avec Günter. Elle a même suivi un cours de dynamitage pour mieux comprendre son travail. Ils se retrouvent aussi souvent pour dîner avec ses trois enfants, qui sont devenus presque comme les siens dans son cœur. Même la plupart des photos de mariage les montrent entourés de leur famille élargie, entourés de leurs propres enfants avec leurs partenaires. "Nous sommes des gens de famille, après tout", soulignent-ils tous deux. Tout comme Wippermann décrit la phase finale des relations amoureuses tardives : "Il n'est pas rare qu'ils terminent leur vie par un grand amour, un amour (grand)parental, (. . .) comme chef de famille."

Avec autant de rose, on se sent presque bien quand Günter appelle affectueusement sa Claudia "ma poule" entre deux. Il veut dire par là que même une belle femme de 59 ans peut encore avoir des idées dans sa tête, comme une jeune fille. Et c'est l'ironie de l'entrepreneur expérimenté qui rend le bonheur sur papier glacé de ce couple si parfait, car il serait peut-être à lui seul presque insupportable - s'il n'y avait pas le grand amour réel en dessous. Comme le décrit l'auteure Barbara Bronnen dans son nouveau roman épistolaire, "À la fin, un commencement" : "Vivre son dernier amour est, après tout, la plus grande présomption (. . .) Le ciel entier tourne comme si l'on venait de commencer à vivre."

Vous n'êtes plus jeune et vous venez de tomber amoureux - connaissez-vous aussi ce sentiment ? Échangez des idées avec d'autres lecteurs sur le forum de l'Agence CQMI

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 25997 fois Dernière modification le mercredi, 26 mai 2021 15:12