Téléphone : +1 514-794-5053

Téléphone : 06 15 09 43 47

Père célibataire avec enfants Père célibataire avec enfants

Se marier avec un homme étranger ayant un enfant (ou des enfants) Par Nadia

29 septembre 2018

Cet article a été initialement destiné aux femmes ukrainiennes qui voudraient se marier avec des hommes étrangers ayant un enfant (ou des enfants) (en langue russe). Mais après avoir réfléchi,  Antoine, Borislava et moi, Nadia, coordinatrice de CQMI, nous avons conclu que la traduction en français serait bien à propos, parce que les hommes aussi pourraient y trouver les informations utiles. Je le fais avec plaisir puisque je comprends le rôle des informations. Mieux on est informé, plus facilement on se débarrasse des craintes et de préjugés. C’est pourquoi j’ai essayé de trouver quelques exemples –clés qui aideront à comprendre le mieux les situations qui surgissent le plus souvent.

Je comprends également que la vie privée est un sujet très délicat, c’est pourquoi les situations décrites sont  réelles mais anonymes pour respecter la privacité et la discrétion des hommes et des femmes. Je remercie les personnes qui pourront se reconnaître pour la compréhension, votre expérience est utile pour les autres et  pour vous-mêmes.

Comme il a déjà été mentionné, cet article sera consacré au sujet important, notamment au  mariage d’une femme ukrainienne avec un homme étranger qui a un enfant (ou les enfants), mais non seulement qui en a, mais dont les enfants vivent avec lui constamment. Une formule s’est solidement enracinée dans notre esprit  que, à la suite du divorce des parents, les enfants restent avec leur mère. Mais les circonstances peuvent être différentes: les parents peuvent se mettre d’accord et les enfants viveront  la partie majeure du temps avec leur père tandis que avec leur mère il passeront, par exemple, une partie des vacances. Ou l'homme peut être veuf.  Il y a aussi des pères célibataires dans la société slave en général et ukrainienne en particulier, mais ces cas ne sont pas aussi nombreux que dans les pays d’Europe de l’Ouest, au Canada ou aux États-Unis.

Nous conseillons toujours aux femmes qui voudraient épouser un homme étranger, d’étudier attentivement les informations. Supposons qu’une femme est intéressée par un homme de l'agence matrimoniale internationale CQMI. En général, les profils sont rédigés en anglais et les textes sont assez clairs. Et si une femme ne veut pas dès le debut se lier à un homme qui éduque les enfants, elle a la possibilité de lire le texte et d’exclure des candidats qui ne lui conviennent pas. Mais il faut admettre que la plupart des femmes ne parlent pas anglais au niveau qui leur permettrait de comprendre les nuances, et le traducteur électronique ne garantit pas toujours une traduction précise. Mais c'est la nuance qui peut être décisive !

Ainsi, j’ai eu un exemple dans mon travail en tant que coordinatrice de CQMI, quand la femme n'avait pas compris que les enfants vivaient constamment avec le père. Elle avait pensé qu'ils vivaient avec leur mère, et que le père leur accordait tout simplement beaucoup de temps. La situation ne s'est pas éclaircie même au cours de la correspondance, tout s'est révélé seulement pendant la rencontre réelle en ma présence. Et la femme a perdu l’intêret malgré les mérites incontestables de l’homme, parce qu’elle n'a pas été disposée au développement pareil des événements. C'est-à-dire, c’était une situation, quand les gens ont perdu le temps dès le début à cause du manque de compréhension.

Illustration avec un Exemple concrêt

Si la femme comprend bien le texte du profil et la présence de l'enfant (ou des enfants) ne la dérange pas, elle doit toujours se rendre compte de la responsabilité de son choix. Mais cela  concerne l'homme aussi! Je citerai l'exemple concret de cet homme très décent ayant trois enfants (deux adolescents et la fille aînée, l'étudiante et déjà plus indépendante). L'homme très positif, responsable, ayant la situation financière stable et aimant beaucoup les enfants. Il a réussi à organiser l'emploi du temps optimal qui arrangeait lui-même et ses enfants (études, loisir, nourriture, relations). Cet exemple inspire le respect et l’admiration, parce que l’organisation aussi précise de la vie chez un homme se rencontre assez  rarement (que les hommes me pardonnent!) et le caractérise d’un très bon côté. Si l'homme est responsable, attentionné et affectueux en tant que père, il a toutes les chances de devenir un bon mari. Il faut juste trouver les moyens corrects de la réalisation. Dans son profil, cet homme avait écrit qu'il "recherchait  une compagne de vie et non pas la mère pour ses enfants, puisqu'ils ont déjà la mère". Au cours de la conversation il était nécessaire de lui expliquer que la femme  de toute façon communiquerait constamment avec les enfants, étudierait leurs caractères, leurs habitudes et leurs goûts, même si elle n’a pas pour objectif de remplacer leur  mère. Et la stratégie se complique encore plus si l'enfant n'est pas unique. Il est impossible de vivre côte à côte et de ne pas s’occuper des problèmes de la famille. Sinon cela ne sera plus une famille harmonieuse où tous les problèmes seront résolus ensemble, mais tout simplement la cohabitation. Il est peu probable que les membres d'une telle famille soient heureux. Qu'est ce qui est plus important dans ce cas-la, l'absence des liens du sang entre la femme et des enfants ou le fait que la femme s’entend bien avec eux et les relations sont amicales et bienveillantes?

C'est pourquoi l'homme doit comprendre aussi l'importance de son rôle.

S’il veut se remarier, il doit préparer les conditions. Bien sûr, tant qu'il n'y a pas encore de résultat concret, il n'est pas nécessaire d’informer les enfants du moindre détail. Mais l’homme peut au moins leur dire qu’il aimerait redevenir heureux dans sa vie conjugale et que sa future épouse viendra d’un autre pays. Dans le cas que je décris, les enfants sont déjà en âge de comprendre ces arguments. Si l'enfant est plus jeune, tout peut être expliqué aussi, compte tenu des nuances liées à l'âge. Il faut reconnaître que la réaction des enfants peut être très variée. Il y a des enfants très tolérants qui comprendront bien les intentions du père. Mais il y a en ceux dont la réaction peut être opposée. Il peut y avoir la jalousie et des craintes que son père leur prêtera moins d’attention. L’homme doit assurer ses enfants que son attitude envers eux ne changera pas et qu’ils recevront autant d’attention et amour qu’avant. Mais toutes ces difficultés sont également inhérentes aux familles ukrainiennes, et toutes ces nuances peuvent être bien comprises. Et enfin, pour comprendre définitivement si l’homme et la femme s’entendent bien, il faut contacter en permanence, aussi souvent que possible et de se revoir à la première occasion. Il faut voir un homme dans son pays, sur son territoire (ainsi qu’une femme), avec sa famille, avec ses enfants. S’il s’agit d’une femme,  il est indispensable qu’elle communique avec des enfants, même malgré la barrière de la langue, qu’elle gagne progressivement leur sympathie et confiance.

Il est très important pour un homme de comprendre que la femme dans un mariage international doit faire face à un double fardeau: l'adaptation dans une autre société, dans la famille de l’homme, il faudra apprendre le français et s’habituer aux nouvelles traditions et, en même temps, établir des relations avec un enfant (ou des enfants!). Et les hommes auront besoin de deux fois plus de patience, de compréhension et d'interaction. Si, en tant que coordinatrice de CQMI, je travaille avec un homme qui vit la situation pareille, je travaille ferme pour qu’il puisse réaliser lui-même tous les objectifs décrits ci-dessus. Je fais de mon mieux pour le lui expliquer. Étant donné que l’objectif de l’agence matrimoniale internationale CQMI est d’aider à la fois les hommes et les femmes de trouver leur bonheur conjugal, il est important d’atteindre le maximum de compréhension mutuelle dès le début. Je voudrais faire un compliment à nos femmes: les fiancées ukrainiennes sont belles, intelligentes, elles sont capables d’apprendre assez facilement  la langue et de s’intégrer dans une société étrangère. Mais, certainement, après avoir fait des efforts et ayant un désir sincère de comprendre rapidement les traditions et la mentalité d'une société étrangère. Si une femme a aussi un enfant, la situation demande encore plus de diplomatie. Et l'homme doit également considérer les nuances de l'intégration de l'enfant, la recherche d'une école et de l’ infrastructure pour les enfants.

Mais il n’y a rien d’impossible! Il faudra évidemment faire des efforts pour trouver une âme soeur et pour passer ensemble une période surprenante et pas toujours facile de l’adaptation. Mais si vous trouvez une personne qui sera digne de ces efforts, essayez ! Qui ne tente rien, n’a rien. Et soyez heureux et heureuses!

Par Nadia, Coordinatrice CQMI

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 228 fois Dernière modification le samedi, 29 septembre 2018 20:30