fbpx
Un faux mariage, et une arnaque de 250 000 $ Article traduit de la BBC

Un faux mariage, et une arnaque de 250 000 $

10 juillet 2021

Cher Ami,

 

Récemment, à la fois sur YouTube et dans les journaux, cette arnaque à Odessa a fait la manchette dans plusieurs médias anglophones et je ne cache pas non plus que cela m'a beaucoup intéressé. J'ai décidé de traduire en français cet article de la BBC pour mes chers lecteurs, ça en vaut la peine !

Gardez en tête combien c'est important de réaliser un tel projet en étant accompagné avec des spécialistes  !

  

***

 

Lorsqu'un travailleur caritatif britannique s'est fiancé à une jeune femme ukrainienne, il pensait construire une nouvelle vie pour eux deux à Odessa - il se trompait. 

La voiture de James s'arrête à la Villa Otrada. Ce travailleur caritatif britannique de 52 ans attendait ce moment avec impatience depuis des mois.

Il est impatient de voir sa fiancée, Irina, qui l'attend à l'extérieur du restaurant situé sur la côte ukrainienne de la mer Noire. De vingt ans sa cadette, elle avait l'air glamour, ses cheveux blonds tout juste sortis de chez le coiffeur. 

Non loin de là se trouvent ce que James pense être les parents d'Irina et 60 invités, eux aussi sur leur 31. 

James est sorti de la voiture et la foule qui attendait s'est retournée pour applaudir.

C'était en juillet 2017, le début d'un été chaud à Odessa, et des tables avaient été disposées sur la terrasse de la Villa Otrada qui donnait sur la mer.

  

*** 

Quelques instants plus tard, James et Irina ont récité leurs vœux de mariage sous une arche de fleurs.

Mais ce qui aurait dû être le moment parfait n'était en fait rien de tel. À minuit, James était seul à l'hôpital, malade à cause d'une boisson qu'on soupçonnait dopée. Il était marié, mais pas à la femme qu'il aimait. C'était l'organisatrice du mariage du couple.

C'est l'histoire d'un homme britannique qui a perdu la plupart de ses économies, ainsi que sa dignité. Et comment le système judiciaire ukrainien lui a ri au nez.

James n'est pas son vrai nom.

Son embarras est tel qu'il n'a raconté son histoire à personne au Royaume-Uni, pas même à sa famille. La BBC a vérifié sa version des faits à l'aide de documents bancaires, d'enregistrements officiels, de SMS et d'entretiens avec de nombreuses personnes directement concernées.

 

***

 

Sherlock Holmes ?

  

Un panneau représentant la silhouette d'un homme portant un chapeau et une pipe dépasse du trottoir de la rue Lanzheronivska, dans le centre d'Odessa.

Suivez la flèche jaune et noire, passez sous l'arcade et traversez une cour, et vous arriverez au bureau de Robert Papinyan, détective privé.

L'ancien policier est bien habillé, avec des cheveux noirs teints. Tout est de marque. Il y a un bloc-notes Sherlock Holmes, des cartes de visite Sherlock Holmes et sa sonnerie est le thème de la version télévisée soviétique de Sherlock Holmes (que beaucoup dans l'ancien monde soviétique considèrent comme la meilleure). 

Il s'avère que les méthodes de M. Papinyan n'ont que peu de rapport avec celles de son héros fictif de Baker Street.

"Nous ne travaillons pas avec la police, nous utilisons des méthodes psychologiques", dit-il en riant. "Cet argent a été pris illégalement, nous devons donc utiliser des moyens en quelque sorte illégaux pour le récupérer".

  

***

 

À un pâté de maisons du bureau de M. Papinyan à Odessa se trouve la rue Deribasovskaya. C'est le centre de divertissement de la ville, plein de restaurants et de bars.

Si vous vous y promenez le soir, vous verrez très certainement des hommes occidentaux dîner avec des Ukrainiennes beaucoup plus jeunes, un sac de cadeaux de marque coûteux posé sur la chaise à côté d'eux. 

L'Ukraine est l'un des pays les plus pauvres d'Europe, avec un salaire moyen d'environ 350 $ (247 £) par mois. L'industrie des "rencontres" y est florissante. Elle présente de multiples facettes et va des services de messagerie électronique payants aux "voyages de rencontres" en face à face, où les hommes occidentaux paient des milliers de dollars pour rencontrer une série de jeunes "épouses" ukrainiennes potentielles.

Mais James affirme qu'il n'est pas venu à Odessa pour chercher l'amour.

Travailleur caritatif vivant au Royaume-Uni, il a été sollicité par un ami en 2015 pour aider à mettre en place un nouveau projet de soutien aux enfants fuyant la zone de conflit dans l'est de l'Ukraine. Le deuxième plus grand pays d'Europe venait de connaître une révolution, et la Russie avait répondu en soutenant un soulèvement rebelle.

Travailler à l'étranger était nouveau pour James, mais il s'est lancé dans l'aventure avec l'aide d'une traductrice appelée Julia. Pendant plusieurs mois, il fait la navette, combinant son travail volontaire à Odessa et son emploi à plein temps au Royaume-Uni.

Puis, cet hiver-là, une forte chute de neige a mis un terme à leur travail à Odessa. Il n'y avait pas grand-chose à faire, alors Julia a proposé à James de sortir avec l'une de ses amies.

Cette amie était Irina. Elle avait alors 32 ans et était originaire de Donetsk, l'une des villes de l'est de l'Ukraine aujourd'hui occupée par des combattants soutenus par la Russie. Il est vite apparu que son passé trouble allait bien au-delà de la simple fuite de la guerre. 

 

"Elle m'a immédiatement parlé de ses deux précédents mariages et m'a expliqué pourquoi elle ne voulait pas se remarier avec un Ukrainien", raconte James. 

  

***

 

Il y avait une différence d'âge de 20 ans, mais James dit qu'ils s'entendaient "comme dans une maison en feu". Le couple est sorti plusieurs soirs de suite, profitant de la vie nocturne d'Odessa. 

James s'est amusé avec Irina, mais ils n'étaient jamais seuls. Irina ne parlait que très peu l'anglais et James aucun russe ou ukrainien. Donc, comme c'est le cas dans la plupart des lieux de rencontre d'Odessa, une traductrice, en l'occurrence Julia, était toujours là - et était payée jusqu'à 150 dollars par jour.

"C'était un peu bizarre d'avoir quelqu'un qui répète tout ce qui se dit. Mais il y avait une alchimie entre nous", dit James. 

Paradoxalement, lorsqu'ils étaient séparés, la communication était plus facile. Ils flirtaient via l'application de messagerie Viber, qui dispose d'une fonction de traduction.

"Tu m'as offert un vrai conte de fées. Et merci beaucoup pour ça... Je crois en TOI. Toi seul peut me donner ce bonheur. Je t'aime", dit un message qu'elle a envoyé à James. 

Au cours des six mois suivants, le nouveau couple s'est vu chaque fois que James venait à Odessa. Il y avait des repas coûteux et des soirées à l'opéra. 

Mais l'intimité, même les baisers, étaient hors limites. La traductrice Julia était toujours là et Irina lui a dit qu'elle ne croyait pas au sexe avant le mariage. 

"J'ai pensé : 'C'est une norme morale très élevée'", dit James. "Elle avait manifestement été très bien élevée".

 

***

  

Les fiançailles avec Irina

 

Huit mois avant la réception de mariage, le couple a organisé une fête de fiançailles dans le même lieu, la Villa Otrada. Une vidéo montre James et Irina dansant lentement sur la piste de danse. Il se déplace avec raideur, elle sourit et fait signe à la caméra.

Des paillettes tombent du ciel tandis que la ballade de Whitney Houston Could I Have This Kiss Forever résonne dans la salle de réception. Nous sommes en novembre 2016, 11 mois après leur premier rendez-vous.

James a posé la question après avoir été fermement poussé par Julia et Irina. Il dit être tombé amoureux, mais ne se fait aucune illusion sur la force des sentiments d'Irina. 

"Elle se sentait tellement prisonnière de son pays", dit-il.

"Elle était manifestement intelligente et voulait créer un autre avenir en dehors de l'Ukraine. Le lien était une sorte d'intérêt partagé." 

James a commencé à payer pour qu'Irina prenne des cours d'anglais. Il espérait que cela lui permettrait de déménager avec lui au Royaume-Uni. Mais après quelques discussions avec des fonctionnaires de l'ambassade, il est apparu clairement que les obstacles bureaucratiques au déménagement étaient énormes.

"Cela allait prendre plusieurs années", dit James.

Il fait donc le grand saut, décide de s'installer en Ukraine et de commencer une nouvelle vie avec Irina. Il a quitté son emploi et vendu sa maison, et avec les encouragements d'Irina, ils ont commencé à chercher un endroit où vivre ensemble à Odessa.

"L'achat était attendu", dit-il, "car cela donnait une sorte de permanence à notre relation. Mes amis au Royaume-Uni ont pensé que c'était un grand pas, mais ils étaient heureux pour moi que j'aie un avenir."

  

En fait, les problèmes de James ne faisaient que commencer.

 

***

 

L'appartement

 

Transférer de l'argent du Royaume-Uni vers l'Ukraine n'est jamais simple. L'Ukraine est l'un des pays les plus corrompus d'Europe et a connu plusieurs scandales bancaires très médiatisés. Les contrôles en matière de blanchiment d'argent imposent des limites au montant du transfert, et les gros chiffres attirent rapidement l'attention.

James n'a donc pas été totalement surpris lorsqu'Irina lui a proposé un arrangement inhabituel pour faire passer ses 200 000 dollars (141 000 livres) d'argent "d'appartement" en Ukraine. 

Au lieu de placer l'argent sur le compte personnel d'Irina, James s'est entendu dire qu'il devait placer l'argent sur le compte de la société de son amie Kristina, l'organisatrice de mariage. 

Malgré quelques réticences, James a viré l'argent à Kristina. Lorsque l'argent arrive en Ukraine, les choses prennent une tournure surréaliste.

Irina annonce à James que la banque ne débloquera l'argent que s'il est légalement marié à Kristina. Il s'agirait d'une formalité, remplie en 10 minutes seulement dans un bureau d'enregistrement, et qui serait levée à une date ultérieure, a-t-elle dit.

James se trouve maintenant dans une situation impossible. À quelques jours de l'échéance, Irina menace d'annuler leur mariage si l'argent n'est pas débloqué et s'ils n'ont pas une maison où emménager.

"Je suis en plein désarroi", lui a dit Irina dans un message Viber. "Tu veux que je ressemble à une prostituée aux yeux de mes proches."

"On m'a menacé en me disant qu'il y aurait 60 invités au mariage, dont sa famille", raconte James. "Ils viendraient tous me casser la gueule si je ne me mariais pas parce que je laissais tomber Irina. 

"On m'a dit que divorcer de Kristina puis se remarier avec Irina serait une chose facile à faire".

Ainsi, le vendredi 10 juillet 2017, avec les encouragements de sa fiancée Irina, James a épousé l'organisatrice de mariage Kristina Stakhova.

Irina "sautait dans tous les sens", dit James, "elle était heureuse maintenant". 

Et pour cause. L'argent a été débloqué et l'après-midi même, Kristina et Irina ont annoncé que la totalité des 200 000 dollars avait été dépensée pour un appartement. Il découvrira plus tard que le nouvel endroit n'avait en fait coûté que 60 000 $ (42 310 £) et qu'il n'était pas à lui seul, mais en copropriété avec son épouse légale (l'organisatrice du mariage) Kristina.

  

"J'étais un tel idiot", dira plus tard James.

  

***

 

La réception de mariage

 

Le lendemain du mariage avec Kristina, le taxi de James s'arrête à la réception de son mariage avec Irina à la Villa Otrada. Son plan était de tout faire, sauf les formalités légales - aller de l'avant avec le mariage avant de régler un divorce rapide avec Kristina et un nouveau mariage légal avec Irina. 

Comme toujours, James a tout payé.

L'Ukraine est un pays bon marché par rapport aux normes européennes, mais vous ne l'auriez pas deviné en voyant la facture détaillée du mariage de Kristina, qui s'élève à 20 000 dollars (14 100 livres sterling). 

Avec le recul, James sait maintenant que tout ce qui concerne la réception de mariage était une arnaque. 

Les prix ont été gonflés, les 60 invités ont très probablement payé pour être présents, même la "mère" d'Irina s'est avérée être la mère de Julia, la traductrice. Il était presque certainement le seul présent qui pensait que c'était réel. 

James ne le sait pas à ce moment-là, mais sa fiancée Irina a déjà un mari. Les documents officiels consultés par la BBC montrent qu'elle est mariée à Andriy Sykov depuis août 2015, soit trois mois avant sa rencontre avec James. 

Kristina, l'organisatrice de mariage, avait également un mari, appelé Denys, mais il était apparemment plus disposé à jouer le jeu. Les dossiers montrent que Kristina a divorcé de Denys trois semaines avant de signer le papier pour épouser James. Une fois le mariage fictif terminé, elle s'est à nouveau mariée avec Denys.

Le soir de la réception de mariage, à l'approche de la toute première nuit d'intimité entre James et Irina, des mesures draconiennes ont été prises. James pense avoir été drogué par la personne qu'il pensait être la mère d'Irina. 

"Elle m'a offert des boissons et je suis maintenant sûr qu'elles étaient droguées, j'ai commencé à trembler violemment et on a dû me faire sortir".

James a fini la nuit à l'hôpital. Irina a refusé de l'accompagner et, le lendemain, l'a accusé de s'être soûlé et de l'avoir humiliée devant sa famille. 

Pendant les semaines suivantes, Irina a gardé ses distances, disant qu'elle avait elle-même des problèmes médicaux mais que James ne pouvait pas lui rendre visite à l'hôpital.

"Je suis à l'hôpital et tu ne peux pas venir parce que tu n'es pas mon mari". Irina a envoyé un message à James sur Viber. "Dans le passeport, ta femme est Kristina. Donc avec moi il ne peut y avoir que ma mère."

James lui a quand même transféré plus de 12 000 $ (8 460 £) pour ses "frais médicaux". 

Finalement, la folie s'est arrêtée. Un Ukrainien sympathique est intervenu et a annoncé à James que la valeur réelle de son appartement n'était que de 63 000 $ (44 632 £), soit 140 000 $ (98 730 £) de moins que ce qu'il avait payé.

James a finalement réalisé que les femmes l'avaient escroqué d'environ 250 000 dollars, soit les deux tiers de ses économies.

"Mon cœur est tombé dans mes bottes", dit-il. "Cela dépasse le niveau de compréhension humaine que toutes ces personnes se comportent de la sorte et n'en pensent rien".

Tatyana est une traductrice officielle qui a tenté d'aider James à recoller les morceaux après l'arnaque.

"Chaque année, nous entendons des histoires de gens qui se font arnaquer à Odessa, mais cette ampleur de la catastrophe est différente", dit-elle.

 

***

 

Pas de justice

 

James a réussi à éviter de sombrer dans une profonde dépression. Au lieu de cela, il a concentré son énergie pour récupérer son argent - et obtenir justice.

"J'avais tous les documents bancaires relatifs aux virements et les messages Viber entre nous", dit-il. "J'étais sûr que tout serait réglé".

Mais il était sur le point de recevoir un cours intensif sur les insuffisances du système judiciaire ukrainien.

À quatre reprises, il s'est rendu à la police d'Odessa, donnant son récit de ce qui s'était passé et les preuves qu'il avait recueillies.

"Parfois, ils me riaient au nez", dit-il. 

Les forces de police ukrainiennes, et celles d'Odessa en particulier, ont une réputation assez douteuse en matière de lutte contre la criminalité. Les escroqueries au mariage, même celles qui sont inhabituelles comme celle-ci, sont loin de figurer sur leur liste de priorités.

"Il y a des cas ici où la police ne fait rien et ne bouge pas", dit Anna Kozerga, l'avocate de James. "Nous devons continuer à leur demander d'agir".

Faire agir la police implique souvent de la soudoyer, mais c'est quelque chose que James a refusé de faire.

 

***

 

La réalité des escroqueries à la romance : "Vous avez honte".

 

Les arnaques à l'amour sont en hausse dans le contexte de la crise du coronavirus.

Elle était belle, drôle et elle m'a escroqué.

Irina et Kristina ont été emmenées pour être interrogées, mais malgré les documents de James et les demandes de Mme Kozerga, aucune charge n'a été retenue contre elles.

Nous avons contacté la police d'Odessa, mais elle a refusé de commenter le cas de James.

Le seul progrès est qu'après que le mariage de James avec Kristina a été jugé faux, il a été nommé seul propriétaire de l'appartement de 63 000 dollars. Il s'y accroche dans l'espoir désespéré que sa valeur augmentera lorsque la pandémie de Covid sera terminée. Mais il n'y a aucune chance qu'il atteigne les 200 000 $ qu'il a payés.

 

***

 

Jouer le jeu

 

La police n'étant pas intéressée, James a jeté son dévolu sur Robert Papinyan, le Sherlock Holmes peu orthodoxe d'Odessa.

"Nous avons essayé la police et tout ce qu'il y avait à faire par les canaux appropriés", dit James. 

"Malheureusement, vous devez jouer le jeu."

Le "jeu" consiste à payer l'enquêteur 3 000 $ (2 115 £) d'avance, et 30 % de l'argent récupéré.

Les méthodes de M. Papinyan ne sont pas un secret. Il nous avoue librement que "l'intimidation" est l'un de ses outils. 

Lorsque nous nous rendons à son bureau, trois hommes corpulents sont assis dans l'entrée. M. Papinyan pense que les femmes sont à l'origine de l'escroquerie, mais il a communiqué avec elles par l'intermédiaire de leurs maris. 

M. Papinyan partage leurs contacts et nous les contactons. Denys, le double époux de Kristina, nous envoie des photos d'une voiture qui, selon lui, l'a suivi et se plaint que les hommes de M. Papinyan sont des "extorqueurs".

Andriy, le mari d'Irina, répond qu'il doit y avoir une confusion et qu'il transmettra nos contacts à sa femme. Elle ne nous rappelle jamais, mais nous trouvons son profil de rencontre toujours en ligne. Elle y figure en tant que baby-sitter divorcée et promet : "Mon cœur appartiendra à un homme et à un seul."

Depuis le Royaume-Uni, James échange maintenant des messages Viber traduits avec M. Papinyan plutôt qu'avec Irina. Il espère toujours pouvoir récupérer un peu plus de son argent. 

"Mes gars étaient dans la ville de Chernomorsk (près d'Odessa), il y a deux semaines", dit le dernier Viber du détective privé. 

"Nous avons trouvé Irina près de la maison. Nous lui avons donné jusqu'au 20 juin pour résoudre la question du remboursement de la dette." 

James a enduré trop de choses pour avoir de l'espoir. Il a un autre emploi caritatif maintenant et essaie d'aller de l'avant. S'il dissimule son identité, c'est en partie parce qu'il ne veut pas que ses employeurs soient inquiets. Se faire escroquer d'un quart de million de dollars ne fait pas bonne figure sur un CV.

"Je n'ai pas non plus raconté à ma famille ce qui s'est passé, cela ne ferait que les bouleverser."

Et que diriez-vous à quelqu'un qui lirait votre histoire et dirait "Quel idiot !"? 

"Ils auraient raison", dit-il.

James dit qu'il a décidé de raconter son histoire à la BBC pour avertir d'autres personnes tentées de chercher une aventure en Ukraine.

Une miette de réconfort qu'il en retire est que le ministère britannique des Affaires étrangères a modifié ses conseils de voyage en Ukraine pour tenir compte de son expérience douloureuse et coûteuse. 

"Il y a eu des incidents de fraude au mariage et des tentatives d'extorsion touchant des ressortissants étrangers", peut-on désormais lire sur le site web, avant de conclure : "Malheureusement, il est très peu probable que vous puissiez récupérer votre argent si vous êtes victime d'une telle escroquerie".

 

*** 

 

Je vous souhaite un bon week-end en santé !

Antoine.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 636 fois