Téléphone : +1 514-794-5053

Téléphone : +1 514-794-5053

L'Étonnante Histoire Du Gars Frustré Qui Saborde Sa Rencontre La rencontre de Paul et Margarita

L'Étonnante Histoire Du Gars Frustré Qui Saborde Sa Rencontre

11 janvier 2020

(Cette histoire est tirée d'évènements réels même si les noms et quelques paramètres ont été modifiées.)

 

PREMIÈRE PARTIE

Paul a toujours vécu sa petite taille comme une injustice.

Sa première humiliation remonte au collège quand il avait été poliment exclu de l’équipe de basket-ball, un sport qu’il aimait particulièrement.

À un moment donné, il a constaté que tout le monde grandissait autour de lui mais pas lui. Il est resté bloquer à 1 mètre 59 cm.

Alors ont commencé les blagues de mauvais gout : le nain, le nabot, Blanche-neige et les sept nains, il a tout entendu.

Mais après c’est devenu encore pire quand les quolibets se sont tus. Il pouvait lire les sourires dans le regard des autres.

Et quand il a commencé à s’intéresser aux filles, alors c’est devenu pratiquement un handicap.

De déceptions amoureuses en déceptions amoureuses, il s’est fait une carapace et il a construit une carrière professionnelle que beaucoup d’hommes, plus grands que lui, lui envient.

Il est devenu chef d’entreprise, il construit des portes et fenêtres coulissantes en vinyle et il a obtenu de gros contrats dans la région parisienne. Il s’est installé à Paris, loin de sa région natale, dans le Limousin.

À 35 ans, il fait de belles affaires et a réussi à créer une belle collaboration d’équipe dans sa petite PME de 15 employés.

Il est temps pour lui de songer à la vie de famille. Maintenant qu’il a fait ses preuves et que son estime personnelle a repris des couleurs, il se sent d’humeur joyeuse.

Par l’entremise de l’un de ses employés polonais, il a entendu parler des femmes de l’Est et il décide de s’inscrire dans l’Agence CQMI et choisit un Pack1 pour faire une rencontre à Kiev.

Paul est l’homme d’une seule rencontre, pas le genre de la maison de se disperser avec plusieurs rencontres.

De toute manière, il a regardé l’ensemble des profils et il a remarqué Margarita, 29 ans, une belle femme aux cheveux dorés et aux yeux bleus un peu tristes.

Il a immédiatement senti que c’était elle. Allez savoir pourquoi, c’est elle un point c’est tout.

Et son intuition ne l’a pas trahi puisqu’elle a immédiatement accepté sa requête, dans l’heure qui a suivi sa demande.

Décidément, le destin a pris une autre tournure, pense Paul. 

«  Il est temps pour moi de rattraper le temps perdu… »

 

 

****

SECONDE PARTIE

Les beaux yeux bleus tristes de Margarita ont une grande responsabilité dans le choix unique de Paul car ils ont fait résonnance avec sa propre histoire.

Jusqu'alors la vie de Margarita n’a pas vraiment été un conte de fées, laquelle, comme bien des jeunes filles en Ukraine a abordé sa vie de couple avec de grands espoirs qui ont rapidement sombré dans la réalité froide des belles filles de l'Europe de l'Est.

Mariée très jeune à 21 ans, Margarita n’avait pas beaucoup d’expérience quand elle a porté son choix sur le beau et grand Serguei.

Ce dernier, après lui avoir fait un fils, a rapidement commencé à boire pour compenser son inactivité professionnelle.

Tout l'inverse de Margarita.

Après une école de coiffure payée par ses parents, la jeune fille a démarré sa carrière comme stagiaire dans un salon de beauté proche de la tour oû elle habite.

Passionnée par son métier elle s'est fait une certaine renommée comme coiffeuse - styliste, en tous les cas dans son quartier de la banlieue de Dnipro.

Elle a du gout et du style. 

Elle fait également attention à rester belle et soignée. 

Après son divorce rapide avec Serguei qui ne lui apportait rien que des ennuis et qui n'avait même pas la décence de s'acheter ses bouteilles avec son propre argent (il lui volait dans son porte-monnaie), Margarita prit une décision qui étonna ses parents.

Elle s'inscrivit dans une agence matrimoniale internationale. 

Plus exactement l'Agence CQMI.

Un des gros avantages de travailler dans un salon de coiffure, c'est l'aspect social.

Un salon de coiffure, c'est avant tout un lieu d'échanges entre femmes.

On y parle de tout, de rien, de psychologie féminine, de ragots.

Mais surtout, les femmes y parlent de leurs amours, déçues ou heureuses.

C'est ainsi que Margarita apprit totalement par hasard que 2 de ses copines d'école s'étaient mariées à l'étranger. 

L'une en Turquie et l'autre en France.

Les 2 semblaient heureuses : mariées avec 2 enfants, supportées par un mari non alcoolique et professionnellement accomplis.

De coiffure en shampoing, Margarita prit le temps de murir sa décision et un jour d'automne, elle décida de se lancer dans ce projet un peu fou.

Ses parents furent d'abord un peu surpris mais eux aussi ne voulaient pas revivre l'histoire avec Serguei.

Ils approuvèrent.

 

*****

 

 

TROISIÈME PARTIE 

La rencontre entre Paul et Margarita se déroula à Kiev, juste avant la nouvelle année.

Il n'avait fallu que quelques mois pour que le projet de Margarita prenne forme.

Paul qui s'était inscrit lui aussi à l'automne, choisit le profil de Margarita seulement quelques jours après son inscription.

Les étoiles étaient enlignées.

Margarita n'avait pas l'habitude de se déplacer dans la capitale ukrainienne qui était illuminée dans l'attente des célébrations de fin d'année.

Elle était un peu intimidée, mais pas autant que Paul.

Paul avait dû faire face à ses vieux démons pour préparer ce voyage calmement.

"Comment faire pour cacher ma taille de nain ?

Comment va-t-elle réagir en me voyant ?"

Paul ne dormait plus, il s'était acheté des semelles compensées pour gagner quelques centimètres.

C'est que Margarita lui plaisait vraiment, elle représentait tout ce qu'il n'avait jamais pu avoir en France : le charme, la beauté, l'élégance d'une femme qu'il aurait jugée totalement inaccessible du haut de son mètre 59.

 

****

 

Ils étaient assis dans un petit restaurant discrêt dans le centre-ville en haut de la place Maidan.

L'assistante Nadia avait admirablement bien choisi cet espace feutré et discret qui se prêtait idéalement bien à ce type de rencontre dans un décor chaleureux de couleur bordeaux. 

La discussion en français (avec Nadia) avait permis d'éclaircir des aspects délicats qu'ils n'avaient pas pu aborder lors de leurs échanges à distance, notamment pour la question du fils de margarita, Pavel.

Pavel est l'équivalent de Paul, c'est bizarre, pensa Paul.

En position assise, Paul était plutôt à l'aise. 

Il craignait le moment de se lever à la fin du repas, quand Nadia les laisserait seuls.

Quand ils iraient marcher côte à côte vers le marché de Noel sur la place Sainte-Sophie.

Peu à peu, il se sentit moins en contôle, il eut de plus en plus d'appréhension.

Que penserait-elle ?

 

****

 

Quand ils se levèrent, Nadia était déjà partie, discrètement.

Margarita avait beaucoup apprécié ces quelques heures de discussion à la fois formelle et informelle.

Ses parents et amies du salon l'avaient mise en garde :

"Attention de ne pas te faire avoir. Les hommes français sont radins"

Pourtant, elle ne ressentait rien de tel. 

Paul était un homme charmant et éduqué. 

Elle aussi aimait son regard et ses yeux bleus profonds et tristes, un peu comme les siens.

Mais elle se demandait quand il la rembourserait pour son billet de train et son taxi.

L'agence matrimoniale avait bien précisé que l'homme lui rembourserait ses frais de voyage dans une enveloppe lors de la rencontre.

Pour l'instant, elle n'avait rien reçu de sa part.

Elle se dit que probablement, il lui rembourserait ses frais en sortant du restaurant...

 

 

****

 

 

Mais il n'en fut rien.

Cette histoire de remboursement, Paul avait complètement oublié. 

L'assistante le lui avait pourtant rappelé au début du repas, il avait acquiescé d'un signe de tête, c'est entendu.

Mais très rapidement, cela était passé au second plan.

Margarita lui plaisait énormément. Elle était l'incarnation de la femme de ses rêves. Il en tremblait. 

Elle lui faisait un effet immense, ses yeux, ses cheveux, son corps, tout était parfait.

À tel point qu'il se mit à douter de lui, de plus en plus insidieusement.

La situation n'allait pas tarder à prendre un cours déplaisant pour les 2 héros de cette histoire.

Quand ils marchèrent côte à côte en direction du marché de Noel et qu'elle le dépassait d'une tête avec ses talons, Paul se mit carrément à paniquer.

D'un seul coup, tous ses souvenirs de jeunesse remontèrent à la surface et il se sentit mal.

De plus en plus mal.

 

 

*****

 

"How are you Paul ?"

Margarita comprit que quelque chose se passait.

Elle vit bien qu'il n'était pas dans son assiette, blanc comme un linge.

Paul avait même complètement cessé de dialoguer avec elle.

À l'intérieur de lui-même, il se livrait un combat duquel il ne sortirait pas gagnant, il en fut certain.

Il lui proposa de retourner sur leurs pas pour aller à l'hôtel.

Son inquiétude s'était transformée en malaise physique et il se demandait si elle ne pourra pas le raccompagner jusqu'à sa chambre.

Au moins, en position horizontale il n'aurait plus de complexe.

Margarita ne s'attendait pas à un tel retournement de situation.

La proposition de retourner vers l'hôtel lui sembla totalement inapropriée.

On ne propose pas à une jeune fille respectable d'aller dans une chambre d'hôtel lors d'un premier rendez-vous.

Même si Paul lui plaisait physiquement et que sa taille le rendait en fait charmant car elle trouvait différent de ce grand échalas de Serguei qui l'avait fait tellement souffrir.

Son univers de représentation mentale s'effondra en quelques secondes.

Elle se demanda s'il ne voulait pas en fait échanger l'argent qu'il aurait dû lui donner contre des faveurs sexuelles.

Margarita a bien remarqué qu'il n'est pas indifférent à sa belle robe noire avec des brillants qui laisse voir sa poitrine.

Quelle conne ! se dit-elle en pensant qu'elle a acheté la robe spécialement pour l'occasion.

Elle sent la moutarde qui lui monte au nez en répertoriant mentalement toutes les dépenses qu'elle a entreprises pour venir à cette rencontre.

Si j'avais su, pense-t-elle. 

 

 

*****

 

 

QUATRIÈME PARTIE

Paul a compris lui aussi qu'il se passait quelque chose dans le regard de Margarita.

Il aimerait sentir la présence rassurante de Nadia qui serait certainement capable de rattraper la situation qui, il le sent bien, est en train de lui échapper complètement.

Margarita ne le regarde plus avec ses yeux bleus profonds chargés de douceur mais avec une forme de défi dans le regard.

Elle le toise de la tête au pied, comme s'il était un enfant de 10 ans qui vient de faire une connerie.

Il est obligé de regarder vers le ciel pour toucher son regard.

Je l'ai vexée, se dit-il mais il n'a pas le temps de comprendre, ce qu'il se passe.

Margarita se met à lui parler vivement dans une langue qu'il ne comprend pas.

Il comprend le mot : Prostitutka ou quelque chose apparenté à prostituée.

Ensuite, elle ressert son col avec sa main gauche et remonte son sac à main avec sa main droite. 

Elle se raidit de tout son corps dans un ultime défi, comme pour lui montrer à quel point il est petit.

Elle se tourne et part en courant vers le marché de Noel, elle a des larmes plein les yeux.

 

 

*****

 

Paul ne voit plus clair en marchant vers l'hôtel, ses yeux sont fixes mais ils ne voient rien.

Il marche comme un robot. 

Il a tout gâché, il le comprend mais il ne sait pas pourquoi.

Arrivé à l'hôtel quand il ouvre la porte de sa chambre, tout se met en place dans son esprit : 

Elle s'est enfuie parce qu'elle ne pourrait jamais vivre avec un nain comme moi.

Il se jette sur son lit et pleure de rage comme dans son enfance quand il avait été exclu de l'équipe de basket-ball au collège.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
vues 658 fois Dernière modification le samedi, 11 janvier 2020 16:11