Téléphone : +1 514-794-5053

Téléphone : +1 514-794-5053

VERS LA FIN DES RENCONTRES INTERNATIONALES – LIVE 99 – Dimanche 29 mars 2020

langue française

Introduction

Le monde change et je soupçonne que l’impact du virus va être profond sur notre société dans la manière dont nous allons organiser les liens sociaux et commerciaux entre personnes physiques. Plus spécifiquement dans le domaine du Dating (rencontres amoureuses) les changements risquent d’être profonds. En effet, à l’heure actuelle, qui aurait envie d’aller dans une soirée de Speed Dating avec une centaine de femmes et hommes célibataires qui se rencontrent à tour de rôle dans une salle fermée ? J’ai l’impression que certains types de rencontres vont passer à la trappe et cela pour un bon bout de temps (au moins jusqu’à l’invention d’outils sanitaires de désinfection qui garantissent la parfaite immunité contre toute forme de maladie).

Biais cognitifs ; “All there is, is what we see” extrait du livre de Daniel Kahneman

Voici un homme qui m’écrit qui ne sera jamais client de mon agence à cause du biais cognitif : on ne voit que ce qu’on connait. Cet homme qui est heureux tout seul ne peut pas savoir qu’il existe un bonheur plus grand, celui d’être heureux en couple. Il ne peut pas le savoir car il ne l’a jamais expérimenté dans sa propre vie.

Mon cher Antoine,

Je lis ton message avec beaucoup d’attention.

Cela fait un bon moment que je suis les épisodes du cqmi sur internet et cela me passionne beaucoup je dois bien l’avouer.

Je vis seul depuis quelques bonnes années, bien qu’ayant connu quelques relations « chacun chez soi », non pas que ce soit réellement mon souhait, ni mon choix consenti, mais il faut bien l’avouer, il n’est pas du tout évident de rencontrer LA bonne personne avec qui construire une vie commune.

Alors, comme le dit si bien l’adage « mieux vaut rester seul que d’être mal accompagné » :-)

Autant te le dire d’entrée, je ne suis pas du tout malheureux seul, même si dans l’idéal je serais encore plus heureux de rencontrer la partenaire idéale et « compatible » qui me permettrait d’amplifier encore un peu plus mon « bien être » … mais voilà, pas évident… alors en attendant de la rencontrer, je vis et je ne vis pas si mal en définitive sachant que je n’ai pas à supporter le poids d’une mauvaise relation ou de la souffrance d’en être séparé pour quelque raison que ce soit.

Il n’y a donc pas que des solitaires malheureux, crois-moi, et je pense même qu’il y a tout autant, si pas plus, de personnes en couple et en souffrance, c’est un choix personnel.

Une chose dont je suis convaincu, c’est que pour être bien à deux, il faut d’abord être bien seul, c’est à dire avec soi-même et éviter de s’accrocher à l’autre comme une bouée de secours, sans qui on ne peut que se noyer.

Voilà cher Antoine, cette petite traversée du désert que tu vis en ce moment, met la bien à profit pour renforcer ton bien être avec toi-même, ta relation n’en sera que plus renforcée si l’AMOUR est réellement au rendez-vous.

Prend bien soin de toi et de Diana en attendant de retrouver bientôt, je l’espère, Borislava….

Bien cordialement.

Guy de Belgique ;-)

 

Voyons ensemble la réflexion suivante :

1-Nous avons toujours tendance à réagir fortement après une catastrophe

Rappelez-vous la catastrophe du 11 Septembre aux USA, les changements de la société mondiale qui ont suivi ont été majeurs sur la manière dont nous nous déplaçons en avion jusqu’à aujourd’hui.

Des règles seront mises en place et ces règlements vont durer. Même pour ceux qui oublient la catastrophe, des lois seront mises en place pour renforcer le confinement.

La peur occasionnée par ce virus va profondément marquer les esprits pour les années à venir. Le ministre du Québec le dit lui-même, nos petits-enfants et nos arrières petits enfants se souviendront de ce qui est arrivé sur la planète en 2020.

2-Le sacro-saint Rien ne remplace le vrai contact humain :

Combien de fois j’ai entendu des hommes me dire :

  • Rien ne vaut le vrai contact humain
  • Rien ne vaut la rencontre
  • Moi je ne suis pas un as de l’informatique et de Skype ou Viber, je crois seulement au verdict de la rencontre en face à face.

Quand j’ai décidé de fermer mon bureau en 2017, j’avais une contrainte financière car la location de ce bureau sur la rue Saint-Denis me coutait presque 5,000 dollars par mois. C’est certain que l’impact a été lourd en termes de clientèle mais je ne sentais pas personnellement le besoin de rencontrer physiquement chaque client en personne. Les outils informatiques de téléconférence me semblent parfaitement capable de répondre à ce besoin. Toutefois je comprends parfaitement que ce ne soit pas le cas de tout le monde.

Beaucoup d’hommes me disaient : Antoine, rien ne remplace le vrai contact humain.

J’ai comme l’impression que ce discours a pris un sacré coup de vieux en 2020.

3- la crise économique qui arrive resserre les liens familiaux

Anatoli Ivanovitch à Saint-Pétersbourg que j’avais rencontré en 2014 avant de créer mon entreprise de rencontre avec des femmes slaves m’avait expliqué que les hommes et les femmes décident de se marier quand la situation économique se dégrade. On est plus fort à 2 quand la crise économique fait rage au dehors. La famille devient une barrière de protection contre le monde extérieur brutal et violent.

Le paradoxe c’est que Anatoly n’avait pas de système de fonctionnement sur Internet. Tout se faisait avec le sacro-saint Contact Humain, dont il est un apôtre fervent lui aussi.

Dans notre cas, c’est paradoxal car la crise économique implique le confinement et donc l’absence de rencontre et de contacts humains.

Que faire alors ? Le Paradoxe est le suivant :

Au moment où nous aurions le plus besoin de vivre une relation de couple, on se retrouve seul et confiné, incapable de faire de nouvelles rencontres…

Voici un témoignage de Stéphane que j’ai reçu cette semaine

Bonjour Antoine,

Je t’adresse un message de soutien en cette période particulière pour toi qui te vois coupé de ton épouse, confiné avec ta fille, et je mesure combien cela doit être difficile pour toi. Je suis dans une situation assez similaire puisque je suis chez moi avec mes enfants et il y a beaucoup de choses à gérer entre le télétravail, la continuité pédagogique, les repas et l’entretien de la maison…

Je te rejoins quand tu dis qu’il faut garder son sang-froid. Je pense en effet qu’il ne faut pas paniquer, respecter une « distance » avec ceux que nous pouvons côtoyer afin de ne pas être un vecteur de ce virus qui est assez agressif pour certaines personnes plus fragiles et dont les défenses immunitaires ne sont pas prêtes. Cette période inédite qui s’ouvre devant nous replace l'humain au cœur de ce qui devrait être notre priorité, souhaitons que les conséquences ne soient pas trop douloureuses pour nous tous.

En montagne, milieu que je connais assez bien, lorsque les conditions extérieures sont difficiles on se tourne vers les personnes qui sont avec nous pour aider en cas de problème puis on cherche un abri et on attend patiemment que la situation s’améliore. Dans ces moment-là, l’entraide est fondamentale, cela me renvoie à notre situation actuelle où la famille constitue ce refuge vers lequel nous pouvons nous tourner pour donner de nous-même (amour, soutien, protection) et recevoir également beaucoup de force. Malheureusement dans nos sociétés occidentales, comme tu le soulignes si justement, une proportion croissante des familles sont « éclatées » et ce soutien n’est plus disponible. Dans des cas de violence conjugale où de mésentente très forte, il est évident que le divorce est nécessaire, il n’y a pas de débat sur ce point. Néanmoins, le reste des divorce (c’est mon cas) sont souvent motivés par une vision égoïste, consumériste de la relation, où l’amour et l’investissement que l’on donne pour sa famille n’est plus ressenti comme un épanouissement mais comme un sacrifice insupportable. Avec une volonté commune, du dialogue et un investissement sain de la relation, beaucoup de ces désastres qui impactent nos enfants pourraient être évités.

Beaucoup de ceux qui te suivent régulièrement où ceux qui comme toi sont coupés de leur épouse en raison d’une cause qu’ils ne maîtrisent pas, doivent éprouver tout comme moi dans ce temps mort qui nous est imposé, l’importance de la sécurité qu’offre la famille. Ces liens-là sont essentiels à nos vies, cela m’a amené à une réflexion supplémentaire. Comment faire alors pour traverser cette période de solitude ? Je suis certains que le renforcement intérieur que l’on peut développer et travailler individuellement, peut nous apporter malgré tout du bonheur, et améliorer grandement la qualité de notre relation avec notre épouse ou future épouse.

Je te propose un thème de live, c’est juste une idée, mais de par ton expérience dans le développement personnel et ton vécu, tu as certainement des choses à nous apporter pour nous donner un éclairage fort utile pour que chacun se prépare et soit à son maximum lorsque nous sortirons de cette crise. Se faire du bien pour traverser au mieux la tempête et prévoir l’avenir.

Ce temps de silence et d’arrêt de nos sollicitations extérieures peut être mis à « profit » pour nous questionner, réfléchir sur nos aspirations profondes et pour entrer en contact de manière plus assurée avec le moteur qui est à l’intérieur de nous et ce que nous souhaitons faire de notre vie. Personnellement je m’y attèle. Je profite de ce temps pour enrichir les liens même à distance avec les êtres qui me sont chers et essayer d'approfondir et entreprendre des activités longtemps repoussées (réflexions personnelles, rangement, écoute de podcast...). Être bien avec soi-même pour être bien avec les autres…

4- la communication virtuelle : mieux que rien

Bien que séparé avec ma femme, nous nous parlons tous les jours et notre lien reste fort et rassurant. Ce lien social humain à distance est capital.

C’est aussi la preuve que le lien virtuel, même s’il est moins fort que le vrai bon contact humain, est aussi important en soi.

Par ailleurs, une des conséquences du Coronavirus est l’explosion des outils de téléconférence et du trafic internet mondial. Cela va aller dans le sens d’une accélération car les relations humaines par internet vont devenir de plus en plus développées.

Voix – Vidéo – Émotions : tout cela transite sur Internet.

La seule chose qui manque ce sont les odeurs, le contact physique.

Mais avec la réalité virtuelle, je crois sincèrement que nous nous trouvons seulement à quelques encablures d’une expérience utilisateur presque totale même à distance et sans risque de contagion.

5- La fin des réunions de personnes ?

Pensez-vous que du jour au lendemain après le Coronavirus tout le monde va retourner gaiement en discothèque sans se poser de question ?

La peur des foules va devenir exponentielle. Des Millions de personnes vont décider d’éviter tout rassemblement même si les autorités le permettront.

Bonne chance aux événements publics comme le football ou les jeux Olympiques. Cela sera bientôt plus qu’un souvenir de notre jeunesse !

Les nouvelles générations assisteront aux jeux derrière un écran.

Dans le domaine de la rencontre je prédis que toute forme de rencontres de type groupe sera condamné à disparaitre à plus ou moins long terme.

Le format de Dreamconnection avec des tables tournantes et plus de 150 personnes dans une salle de restaurant, ce format n’a plus d’avenir.

Idem pour AFA qui fait des soirées dansantes avec des femmes ukrainiennes.

Je vois l’avenir sous forme de rencontres individuelles et à distance avec des outils de communication à distance.

6-Les rencontres virtuelles même quand on habite à 100 mètres l’un de l’autre ?

Plus fort encore, je parie sur une frilosité même à l’échelle nationale ou régionale. Même si vous habitez à 100 mètres de la femme que vous avez rencontré sur un site de rencontre, n’allez-vous pas préférer de faire les premiers pas en virtuel plutôt qu’en tête à tête ?

La rencontre virtuelle va permettre d’éviter une exposition à un danger inutile si vous ne souhaitez pas aller plus loin qu’un premier échange Skype.

Ainsi on arrive à la conclusion paradoxale que ce type d’événements va, au final, rendre une rencontre internationale identique à une rencontre régionale du point de vue logistique, au moins pour les premières étapes.

7- Complication des vols internationaux = Amour à distance ?

La gestion de la crise se fait différemment d’un état à l’autre. Les frontières se ferment. On assiste donc à un isolement état par état qui risque de se faire sentir dans le futur. Plus encore pour les Canadiens que pour les Européens car l’Ukraine est dans l’espace Schengen et suit les mêmes règles sanitaires que ses homologues français ou Allemand. Par contre le voyage va devenir de plus en plus complexe. Cette étape n’aura lieu en théorie qu’au bout d’une période d’échange très longue et qui aura permis à l’homme et la femme ukrainienne d’avoir l’un sur l’autre un certain niveau de confiance et de certitude.

Je vais même penser jusqu’à croire qu’il sera nécessaire de tomber amoureux à distance pour franchir les étapes du voyage tant celles-ci deviendront contraignantes.

Rappel : il est possible d’inviter la dame chez vous sans vous déplacer.

Cette alternative n’est pas moins bonne que celle de vous déplacer dans son pays.

8- Et si on envisageait le pire ? la fin des rencontres internationales

 

Peut-on même envisager le pire ? C’est-à-dire la fin des rencontres internationales entre des hommes et des femmes de pays différents ?

Pour : les frontières se referment de plus en plus, le prix des billets d’avion, la complexité accrue de voyager par avion.

Après le 11 Septembre la complexité de voyager a été nettement accrue.

Le système médical étant de juridiction nationale, devant les enjeux financiers, la société peut être tentée de complètement bloquer les échanges de personnes entre les pays hors Union Européenne pour restreindre les transports de maladies.

Contre : L’Ukraine fait partie de l’espace Schengen.

Il restera des liens physiques entre les pays qui se font confiance comme l’Ukraine et le Canada ; l’importance du vol Toronto-Kiev direct !

Internet n’a pas de frontière. Il n’est pas possible pour un état de contrôler les activités internet de sa population et de la réduire aux rencontres intranationales.

Après le 11 Septembre les vols ne se sont pas arrêtés.

Peut-on arrêter la diffusion d’un virus en bloquant les frontières ?

S’il y a des frontières entre les pays, il n’y a pas de frontière entre les Cœurs.

Il n’existe pas non plus de frontière pour les virus…

Des Solutions à mettre en place : aller vers le virtuel au détriment du contact humain

 Le virtuel amène finalement une très grande simplicité. Tout devient unique.

Une des premières solutions que nous voulons mettre en place est la communication par Skype avec une assistante CQMI.

Organiser des rencontres virtuelles avec une assistante.

Beaucoup de rencontres à distance se sont mal déroulées à cause de la barrière culturelle.

Une assistante va vous permettre de la rencontrer à distance sans vous déplacer en toute sécurité dans l’enceinte de votre appartement ou de votre maison.

Nous avons eu dernièrement des exemples d’incompréhension culturelle qui ont amené un arrêt des communications pour des détails stupides qui auraient été évités avec une assistante.

Pas plus tard que ce matin un homme m’envoie sa communication Skype avec une adhérente. La communication dérape pour manque de préparation et différences culturelles. Ces erreurs auraient été évitées avec une assistante.

Un des premiers changements que je veux faire est de vous permettre de connecter une assistante pour vos rencontres à distance, ce qui va nettement améliorer la compréhension entre les hommes et les femmes de cultures différentes.

Rappel sur les enjeux de la communication à distance :

https://www.cqmi.fr/fr/videos-femmes-russie-et-ukraine/formation-cqmi

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS