fbpx
Elena 17881
Marina 3922
Ilona 16022
Irina 18216
Viktoria 15436
Elena 16220

QUIZZ gratuit : Ais-je une Chance avec une Femme Russe ?

Les femmes russes à Avignon sont certainement plus nombreuses que vous ne pourriez le penser. Si vous êtes un familier du centre-ville vous en rencontrez probablement chaque jour sans y faire attention. Elles sont toujours bien habillées, polies, et très belles, c’est donc difficile de les rater. Mais au fait comment se passe l’intégration en France des femmes de Russie, d’Ukraine, de Moldavie ou de Biélorussie ? Une chose est certaine, si elles arrivent seules en France, elles ne tarderont pas à se mettre en couple avec un homme français. L’exemple de Xavier ci-dessous en vidéo qui parle de ses rencontres avec des femmes russes est un très bon exemple. Dans la première vidéo, nous vous présentons 3 femmes slaves, de Russie et Biélorussie qui parle des différences entre les cultures de leurs pays respectifs et la culture francophone. Très intéressant !

 

Femmes russes immigrées : Natalia de Moscou, Halina de Minsk en Biélorussie et Olga de Vladivostok en Russie 

Ce qui est le plus étonnant c’est de constater que même en vivant dans un milieu ultra féministeen France, ces 3 belles jeunes femmes russophones ont conservé des valeurs familiales solides. Le travail ne doit en aucun cas représenter la valeur principale d’une femme slave. Rien n’est comparable avec le bonheur de la vie de famille et de voir ses enfants grandir, pense Olga. Combien de fois nous avons reçu des appels au CQMI de la part d’hommes français qui souhaitent rencontrer une femme russe, ukrainienne, enfin slave, qui habite déjà à Avignon. Le but étant bien sûr de s’éviter un voyage dans les pays slaves et de devoir contribuer à un processus de parrainage, qui leur semble trop long et risqué. Pourtant, aller à la rencontre de sa future épouse dans son pays slave, n’est-ce pas une preuve éclatante de votre intérêt pour le pays dont elle est issue ? Certes les femmes d’origine russe sont de très belles femmes élégantes qui savent s’habiller élégamment en toute circonstance mais ce n’est pas la seule de leurs nombreuses qualités. Avez-vous remarqué leur calme, leur douceur et leur respect pour l’homme. Ne pensez-vous pas que votre vie serait plus heureuse aux côtés d’une femme slave qui vous met en valeur et qui s’occupe de vous ?

Où trouver des femmes russes à  Avignon ?

Histoire d'une femme russe à Avignon

Je suis tombée amoureuse de la France quand j'étais adolescente : je lisais la collection de Dumas et de Hugo de ma grand-mère, je regardais des émissions sur les rois et je rêvais de voir Paris, dont je rêvais périodiquement dans mes rêves de jeune fille. J'ai commencé à apprendre la langue lorsque je suis entrée en première année de journalisme, parce que je me suis dit que je pourrais enfin réaliser mon rêve et comprendre ce que Joe Dassin et Edith Piaf chantaient.

Mon premier professeur était un ami qui m'a fait pleurer en me faisant lire de longs mots et apprendre les chiffres dès la première leçon. Les chiffres français sont un test : si vous n'êtes pas mort en les apprenant, c'est que vous voulez vraiment parler la langue. Il suffit de quelques exemples pour comprendre pourquoi c'est si pénible : quatre-vingt-dix se prononce comme "quatre vingt dix" et soixante-douze se prononce comme "soixante douze", par exemple.

J'ai appris le français à tour de rôle avec trois amis pendant six ans. Et le jour de mon vingt-troisième anniversaire, je suis enfin allée à Paris - et je suis morte, bien sûr. Je pense que Paris est l'une de ces villes que l'on aime vraiment ou pas du tout. Après ce voyage, j'ai décidé de reprendre le français et j'ai même suivi un cours à l'Institut français.

À l'été 2015, je suis partie en vacances à Barcelone et j'y ai rencontré mes pairs russophones qui vivaient et étudiaient à Paris. C'est alors que j'ai eu un revirement complet dans mon esprit. J'étais fasciné par leur liberté, par la façon dont ils vivaient, bien que pauvrement, de la façon dont ils voulaient vivre et où ils voulaient vivre. Je suis retourné à Moscou avec la ferme intention d'aller en France. Juste après les vacances, j'ai découvert ce dont j'avais besoin pour partir : documents traduits en français, certificat de l'examen de langue DELF niveau B2 (j'avais A2 et la distance entre les deux est comme de la Terre à Mars). L'examen a lieu à Moscou deux fois par an - en décembre et en juin, mais j'ai dû envoyer les documents aux universités avant le 31 mars, et je n'ai donc pas eu la possibilité de le passer en juin. J'ai pensé à tout, trouvé des professeurs et commencé à me préparer. L'un d'eux m'a préparé directement à l'examen, l'autre m'a coaché en grammaire et en vocabulaire.

Mes amis ne mentiraient pas : pendant environ quatre mois, je n'ai quitté la maison que pour le travail, j'ai fait des devoirs tous les soirs, j'ai fait de la compréhension orale, j'ai lu des livres, j'ai mémorisé des mots. J'ai donné tout mon salaire pour payer les leçons. Je vivais avec mes parents et je ne pouvais pas penser à la nourriture et au logement. Le 12 décembre, j'ai passé le DELF B2 avec la note de 68 (note de passage - 50) et je me suis saoulé pour la première fois en quatre mois. À peu près au même moment, le magazine "Afisha", où je travaillais depuis un an et demi, a été fermé, et il n'y avait donc aucune raison que je reste.

 

person 731142 640 

 


Les premiers jours, tout m'a plu : J'avais un bel appartement avec une cour privée et un gentil voisin français  

Ensuite, il fallait passer par la procédure obligatoire pour tous les futurs étudiants de Campus France : télécharger une version électronique de tous les documents, rédiger une lettre de motivation, choisir de une à quinze universités où vous voulez postuler, payer une taxe pour le travail des gens de Campus et attendre une invitation au rendez-vous. Lors de cette réunion, ils posent les questions habituelles sur votre motivation, sur le montant de votre revenu, sur l'utilité de vos études en France et sur la manière dont vous pouvez aider la France si vous devez le faire. Si tout est en ordre, le responsable du programme approuve votre candidature et, à partir de ce moment, les universités que vous avez choisies verront votre candidature. Il ne vous reste plus qu'à attendre. Les entretiens ont lieu en février et les universités commencent à répondre fin juin.

Je ne voulais pas aller à Paris : à ce moment-là, j'en avais tellement marre de Moscou que j'ai décidé d'aller quelque part plus près de la mer et dans un endroit moins fréquenté. Pour être honnête, je voulais simplement vivre en Europe, parler la langue que j'avais apprise avec tant de sang, de sueur et de larmes. Mais je ne voulais pas non plus apprendre quoi que ce soit. J'ai postulé à Bordeaux, Nice, Toulon, Avignon et Rennes pour un master en gestion culturelle. Seules Avignon et Toulon ont réussi. Après avoir réfléchi un peu, lu et regardé des photos, j'ai décidé d'aller à Avignon.

Depuis décembre, je n'ai pas eu de travail et j'ai dû économiser pour mon départ. Heureusement, j'ai rapidement réussi à trouver un emploi, puis un autre, et j'ai continué à attendre tranquillement. Jusqu'au tout dernier moment, il n'était pas certain que quelqu'un m'accepte. La réponse d'Avignon n'arrive que fin juillet. Je suis parti et je me suis envolé pour la France un mois plus tard. Les premiers jours, j'ai tout aimé. J'avais un bel appartement avec une cour privée et une charmante voisine française. Avignon est très petite, calme et belle. La première semaine, je n'ai même pas pleuré, j'ai créé une chaîne "Tremal" sur Telegram, où j'ai raconté mes "aventures", et j'ai attendu mes études, qui devaient commencer à la mi-septembre. 

Et puis l'enfer s'est déchaîné. Je me suis heurté à la grande et terrible machine bureaucratique de la France. Pour acheter une carte SIM, vous devez ouvrir un compte bancaire. Pour ouvrir un compte bancaire, vous devez passer en revue toutes les banques locales et trouver celle qui, en tant qu'étudiant étranger, peut vous offrir des conditions favorables (j'en ai trouvé une dès la deuxième semaine de recherche). La carte est fabriquée pendant deux semaines, puis vous recevez un avis vous indiquant que vous pouvez venir la chercher - un courrier papier à la poste. Vous rentrez chez vous et essayez d'acheter une carte SIM avec la meilleure offre (la moins chère est à vingt euros par mois) mais l'opérateur refuse d'accepter votre carte. Vous allez faire renouveler votre carte de débit, ce qui prend encore dix jours ouvrables. Et un mois plus tard, vous achetez une carte SIM. Une carte SIM ! Il semblerait.

De plus, à votre arrivée, vous devez envoyer vos documents et la fiche de migration complétée à l'OFII (Centre d'immigration) pour confirmer que vous séjournez en France de manière légale, et obtenir un titre de séjour. Le centre d'immigration se trouve à Marseille, à une heure de route d'Avignon. Mais pour pouvoir envoyer les documents, vous devez inclure votre numéro de téléphone portable dans le reçu, ce qui nous ramène au problème de l'achat d'une carte SIM. À propos, je ne comprends toujours pas pourquoi ils ont besoin de mon téléphone portable, puisqu'ils envoient toutes les lettres dans ma boîte aux lettres.

J'ai envoyé tous les documents à l'OFII le 7 octobre 2016. Généralement, après quelques mois, la réponse arrive que les documents sont parvenus et entrés dans la base de données, et il ne reste plus qu'à attendre un appel à Marseille pour un examen médical et l'obtention d'un permis de séjour.

En même temps, j'ai commencé mes études. À chaque cours, les professeurs me faisaient parler de moi. Je suis une personne sociable, mais au début, je me sentais très timide et il m'était difficile de parler devant toute la classe dans une langue étrangère. Dès la première semaine, j'ai réalisé que le français que j'ai appris et le français que nous parlons ici sont deux grandes différences. Je comprenais environ quarante pour cent de ce que mes camarades de classe disaient, maintenant j'en comprends déjà quatre-vingt-cinq.

Au cours de mes premières semaines, il n'y avait pas beaucoup de pairage, il n'y avait rien à faire et je passais toute la journée à écouter Ivanushki, à pleurer auprès de Nadya, à regarder la série télévisée Brigada, à pleurer auprès de mes amis, et ils me disaient que j'avais perdu la tête, en me disant que si tu vis au pays du fromage et du vin, tu devrais en profiter. Mais je n'ai pas pu en profiter : j'ai souffert de la solitude, de l'impossibilité de parler russe (je n'avais parlé à personne de ma langue maternelle pendant les sept mois où j'avais vécu à Avignon), j'ai pleuré jusqu'à ce que je m'endorme, et j'ai aussi réussi à tomber amoureuse, à rencontrer et à rompre avec un gars - bref, un échec total. 

Dans mes rêves, je ne vois pas Paris, mais le bortsch de ma mère, les boulettes de mon père, mon quartier à Moscou. Et mes rêves sont en russe. 


À peu près au même moment, j'ai commencé à penser que j'avais fait la plus grosse erreur de ma vie en venant ici, et que je ne trouvais aucun moment positif. Chaque conversation Skype avec des amis et des parents était comme une bouffée d'air pur pour moi, aussi vulgaire que cela puisse paraître. Je faisais une crise, je ne comprenais pas ce que je faisais ni pourquoi. Les études à l'université ne m'ont pas apporté de joie non plus. Le système éducatif local m'a choqué : pas de manuels, pas de compréhension de la raison pour laquelle on étudie telle ou telle matière, pas de procédures d'examen normales. Malgré le fait que je sois étranger, ils n'ont fait aucune concession pendant le processus d'apprentissage. J'ai dû préparer un dossier de vingt pages avec une présentation orale pour presque chaque examen. En général, sur tous les fronts, tout était faux, étranger, inintéressant.

Petit à petit, j'ai commencé à faire connaissance avec mes camarades de classe, mais je communiquais surtout avec les Italiens du programme Erasmus, car les Français m'étaient encore étrangers. Beaucoup de gens ont une attitude négative à l'égard de la Russie, et j'ai été surpris de constater que cela m'offensait beaucoup. Cela m'offense que l'on puisse reprocher à une personne la façon dont agissent les autorités de son État, cela m'offense que tout le monde connaisse si peu mon pays, cela m'étonne que tout le monde pense qu'un Russe ne gèle jamais, même lorsque le mistral d'Avignon le refroidit jusqu'aux os.

Le document dont j'avais besoin de la part de l'OFII n'était toujours pas arrivé fin décembre, et sans confirmation de l'enregistrement de mon dossier, je n'avais pas le droit de revenir en France si je partais. Mes billets étaient partis, j'ai pleuré et je suis allée fêter les vacances à Nice, où, heureusement, vivent mes connaissances de Moscou. Je n'ai pas réussi à rentrer chez moi avant la fin du mois de février. Quand j'ai repris l'avion, j'ai rugi dans tout le terminal E de Sheremetyevo.

Je rédige actuellement un diplôme français sur la censure de la culture en Russie. Mon superviseur ne connaît pas du tout le sujet, mais nous ne choisissons pas nos superviseurs : ils se répartissent les sujets au hasard. Fin avril, je finirai mon diplôme et je partirai à Nice pour tout l'été pour travailler comme barman. Nice n'est pas beaucoup plus grande qu'Avignon, mais beaucoup plus vivante, très semblable à Barcelone, et il y a la mer ! De plus, il est plus facile de trouver un travail d'été à Nice : il n'y a pas beaucoup de bars et de restaurants à Avignon, et même les serveurs y ont des exigences irréalistes.

 

Je n'aurais jamais pensé que Moscou me manquerait. Pendant l'année qui a précédé mon départ, tout m'agaçait : je ne comprenais pas pourquoi tout le monde ne voulait pas partir, pourquoi les choses allaient si mal ici, pourquoi il n'y avait nulle part où travailler, pourquoi tout le monde gaspillait son argent à faire la fête alors qu'il aurait pu le dépenser pour quelque chose d'utile. Mais ce n'est qu'ici que j'ai réalisé que l'on peut aller n'importe où, mais que l'on ne peut pas se débarrasser de ses bagages. De plus, aucune de mes connaissances russes ici n'aime étudier. Certaines veulent rester parce qu'elles ont trouvé un petit ami, d'autres détestent tellement la Russie qu'elles ne veulent même pas en entendre parler, d'autres encore ne se sont pas fait d'amis à Moscou, alors peu importe où elles vivent, d'autres enfin ne veulent tout simplement pas admettre qu'elles n'ont pas réussi ici.

J'ai l'opportunité d'entrer en deuxième année de master à l'Université de Nice, mais je réfléchis encore. Pour être honnête, je ne veux pas rester. Le confort de la vie moscovite me manque (la possibilité élémentaire d'aller chez l'esthéticienne, la pédicure ou le médecin), les conversations de cuisine avec les amis me manquent, la possibilité d'acheter du poisson, de la viande et des produits laitiers comme j'en avais l'habitude, le travail me manque car ici on ne peut travailler que dans un bar ou faire un stage dans un bureau pour cinq cents euros par mois - l'argent ne suffit que pour le loyer et un peu de nourriture. Bien sûr, je travaille à temps partiel pendant mon temps libre : je fais des transcriptions, je traduis des entretiens et je rédige des documents, mais l'argent que je gagne ne suffit pas du tout.

Je n'ai jamais eu peur d'admettre mes échecs. Au bout du compte, j'ai réalisé mon rêve, et ce n'est pas à nous de décider où il mènera. Je ne peux pas dire que mon départ a été une erreur dès le départ : non, j'ai rencontré des jeunes gens intéressants, qui ne savent pas quoi faire de leur vie et se cherchent. J'ai repris mon français, je suis tombée amoureuse pour la première fois depuis longtemps, j'ai appris à vivre loin de mes parents et découvert qu'il n'y avait rien de mal à cela, j'ai appris à apprécier mes amis et ma famille et à m'écouter. J'ai commencé à comprendre ce qui est important et ce qui ne l'est pas.

Maintenant, je vois dans mes rêves non pas Paris, mais le bortsch de ma mère, les boulettes de mon père, mon quartier à Moscou. Et mes rêves sont en russe. Qui sait, peut-être qu'en juillet, avant l'expiration de mon visa, un déclic se produira dans ma tête et je déciderai de rester, mais j'ai du mal à y croire. Il est toujours plus facile de souffrir quand on peut appeler ses amis à tout moment, boire du vin et manger du hinkali avec eux, et rentrer chez soi ivre et heureux. 

 

Vous hésitez encore à acheter votre billet d’avion pour Kiev en Ukraine ou Saint-Pétersbourg en Russie pour aller rencontrer les plus belles femmes russes au monde ? C’est parce que vous avez sans doute mal écouté le reportage vidéo sur nos 3 belles jeunes femmes de l'Est. Olga vous explique que les hommes français s’entretiennent mieux que les hommes russes. Elles ont remarqué que vous vous habillez mieux avec plus de gout et de style que les hommes en Russie et en Biélorussie. Les hommes français font plus de sport et font attention à leur poids pour ne pas avoir de kilos en trop. Saviez-vous par exemple que l’espérance de vie des hommes en Russie est de presque 20 années inférieure à celle des hommes en France ? Vous avez donc une chance unique de faire la différence avec votre bonne forme physique et votre belle apparence. Les femmes slaves en général vont chercher un homme qui sera fiable et définitivement prêt à fonder une famille dans un modèle avec des rôles traditionnels dans lesquels l’homme a un rôle de chef de famille capable de subvenir aux besoins de sa famille.

Xavier 51 ans

Faites comme Xavier et inscrivez-vous dans une agence matrimoniale sérieuse pour rencontrer une femme russe à Avignon.

Pour Rencontrer une femme russe à Avignon :

Agence Matrimoniale CQMI

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Skype : Antosha71
Facebook et Instagram : @Agencecqmi
YouTube : https://www.youtube.com/cqmica
Live tous les Dimanches à 20 heures !