Téléphone : 514 794 5053

Téléphone : 06 15 09 43 47

Amour Russe et Cocaine Colombienne

langue française

Fin juin dernier, dans la région parisienne, le réseau de prostitution « Amour Russe » a été démantelé par la police judiciaire parisienne. Les médias français (Le Point, Le Parisien, ) ont largement relayé la nouvelle en expliquant qu’il s’agissait d’une organisation internationale avec des dirigeants présumés en Russie et des filles Escort-girls de luxe qui viennent d’Ukraine et de Russie, bref on titre l’article : « Un réseau tentaculaire d’Escort-girls de l’Est démantelé à Paris ». Dans cet article, j’aimerais aborder le thème de la désinformation ou comment les médias, partout dans le monde, contribuent à nous éloigner de toute remise en question. Pas étonnant que moins de la moitié des français ne font plus confiance aux médias traditionnels.

 Discussion sur un forum public sur les Escort-girls russes

Sur un forum qui aborde le thème du démantèlement de ce réseau d’Escort, je me suis permis de suggérer que la Russie et l’Ukraine sont pointés du doigt alors que le lieu de la consommation des services sexuels est bien la ville de Paris. Qui va voir les prostitués russes de Amour Russe ? Il semble logique de penser que ce sont des hommes français ou des touristes qui séjournent dans la capitale. On apprend également que ces femmes de l’Est ont été manipulées et exploitées. Elles ne font pas le plus vieux métier du monde par simple plaisir.

Voici ce que m’a répondu Chardon du Sud:

Tu veux rire !!!
Il y a autant d'escorts à Moscou ou Kiev
qu'a Paris

Les centres de la prostitution dans le monde :

Cet article fait un inventaire des 7 plus grandes zones de prostitution dans le monde. On y apprend sans grande surprise que Las Vegas est en première position, et Paris vient en seconde position, suivi de Geylang à Singapour, Hambourg en Allemagne (4ème), Tokyo au Japon (5ème), Perth en Australie (6ème), etc.

Surprise, Kiev et Moscou ne figurent pas dans le top 10. Mais alors, de quelle source d’information fiable, chardon du sud, tient-il ses sources ? Probablement les médias ont-ils une part de responsabilité dans sa connaissance ?

Prostituées par habitants : La Fondation Scelles est une ONG qui établit les chiffres de la prostitution dans le monde :

Des statistiques qui sont forcément peu fiables car il n’existe pas de recensement officiel dans aucun des pays.

On avance un chiffre de 3 Millions en provenance du Moscow Times (journal occidental)

Il existe une étude économique sur le marché du sexe réalisée par Elena Pokatovitch et Mark Lévine.

Selon leurs calculs, pour l’année 2000, le chiffre d’affaires des prostituées de notre pays, dont le nombre est évalué “entre 267 000 et 400 000”, aurait été de 618 millions de dollars. 

À noter que les prostituées sont souvent originaires des pays de l’Europe de l’Est ou de la Thaïlande, ou Afrique. Elles sont enrôlées de force.

La prostitution en réponse au féminisme

Revenons sur le top 7 des plus grands centres de la prostitution :

top-7-prostitution.jpg

  • USA
  • France
  • Allemagne
  • Australie

On retrouve les mêmes pays originaires des hommes qui vont majoritairement marier des femmes russes ou ukrainiennes.

En Russie, les hommes n’ont pas réellement besoin de services d’Escort vu la quantité de femmes célibataires disponibles. De plus, les conditions sanitaires avec les maladies sexuelles ne rendent pas la chose très invitante.

En France, USA, Canada, le féminisme qui oppose les sexes, isole les femmes et les hommes. Par conséquent, les hommes ont davantage tendance à utiliser les services sexuels.

Définition de la prostitution – les Sugar Daddy et Sugar Baby

Sur le Courrier International, on retrouve un article très intéressant qui explique la montée de la prostitution et sa banalisation en Russie, notamment chez les jeunes.

Selon un sondage, 61 % des femmes jugent absurde d’avoir des relations qui ne rapportent pas d’avantages matériels. Ces enfants de la société de consommation piétinent ainsi allégrement le code moral de leurs parents.

En effet, on pourrait se poser la question de définir la prostitution. Par exemple, une fille qui couche avec un homme d’affaire pour profiter d’un niveau de vie supérieur, est-elle une prostituée ? Le phénomène des sugar Baby et Sugar Daddy est très répandu dans les pays occidentaux. Il est encore une fois le symptôme de la destruction de l’engagement familial.

Dans cet article, il est fait référence à une étude en France (mémoire d’Eva Clouet) sur le phénomène de la prostitution chez les étudiantes.

Ce n’est pas du tout des premières années paumées mais une démarche réfléchie

Féminisme, indépendance des femmes, démarche réfléchie, destruction de la famille…

CONCLUSIONS : AMOUR RUSSE et Cocaïne colombienne

Il semble donc que la prostitution ne soit pas forcément un mal venu de l’Est ???

La prostitution serait-elle une conséquence de notre société plutôt qu’un mal venu des pays comme la Russie ou l’Ukraine, soit la difficulté pour un homme de trouver une femme et fonder une famille ?

Les Faits :

  • La prostitution est principalement concentrée dans les pays occidentaux riches, destinés aux hommes de ces pays
  • Ces mêmes pays font venir d’autres pays leur matière première : les filles russes ou ukrainiennes, les filles thaïlandaises, la cocaïne de la Colombie…
  • Ensuite, les médias diabolisent la Russie et l’Ukraine afin d’éviter de se remettre en question.
  • S’il y a des putes en France, c’est de la faute aux Russes ! Voilà le niveau de réflexion dont est capable le journaliste moyen sans faire le rapport avec les bouleversements de la société. On accentue le problème sur les autres afin d’éviter de se remettre en question. Et comme les médias sont principalement contrôlés par des femmes en occident…

On retrouve exactement le même mode opératoire avec la Cocaïne et la Colombie dans la série Narcos sur Netflix…

La Cocaïne est consommée et achetée par les américains qui envoient en retour des narcodollars en Colombie, et se font passer pour des héros en tuant les Pablo Escobar lors d’une chasse à l’homme bien orchestrée médiatiquement.

Amour des Russes et des Ukrainiens

Les histoires d’amour dramatiques, dans lesquelles les Russes et les Ukrainiens apparaissent, ont fait sensation à Moscou ces dernières semaines, bien que pour des raisons différentes. La première histoire est entièrement sanctionnée par les autorités russes. La seconde ils préfèrent ne pas commenter.

Amour Russe permis

Alena est une journaliste ukrainienne de Kiev et une libérale. Sasha est un ancien marin de Sébastopol et un patriote de la Russie. Ils se sont rencontrés sur les ruines d'une ville ancienne en Crimée à l'été 2013 et sont tombés amoureux. Lorsque les manifestations anti-gouvernementales ont commencé à Kiev, Alena a participé avec enthousiasme à ces manifestations. Sasha n'a pas approuvé son acte. Les jeunes amoureux se disputent à propos des événements de la place Maïdan. Sasha considère les manifestants comme des "Bandera", c'est-à-dire des partisans du chef du mouvement nationaliste radical de la Seconde Guerre mondiale, Stépan Bandera. Alena les considère comme des héros. Lorsque l'armée russe entre en Crimée, ou le soi-disant "peuple poli", Sasha se réjouit parce qu'il pense qu'ils vont empêcher une guerre imminente. Alena est indignée à ce sujet, mais elle ne peut pas changer l'esprit de Sasha, et ils passent une nuit passionnée ensemble. Mais alors il s'avère que ses amis sur le Maidan sont en fait des gens de Bandera qui ont prévu de commencer une guerre en Crimée. Ces gens kidnappent Sasha, mais Alena met en garde les «gens polis», et ils vont héroïquement rompre la conspiration de Bandera et sauver la Crimée d'une guerre brutale. En conséquence, la fille va se battre "contre son propre peuple", très probablement, au Donbass. Mais elle aime toujours Sasha. En bref, c'est l'histoire du film russe "Crimea" récemment sorti. C'est une histoire d'amour qui a reçu le timbre d'approbation officiel du ministère russe de la Défense.

Le film a été tourné à l'initiative de Sergei Shoigu, et son parrain était le ministère de la Défense qui lui était subordonné, qui fournissait du matériel militaire et des forces spéciales pour le tournage. Le réalisateur du film Alexeï Pimanov dit qu'il était en Crimée en mars 2014 et a été témoin des événements qui sont montrés dans le film. "Je crois que le film « Crimée » n'est pas un film d’Etat mais un film populaire", a-t-il déclaré à l'édition russe du MK, mais malgré le goût prononcé du patriotisme, la photo n'a pas été très réussie.

Le thriller d'espionnage "Kingsman: The Golden Ring", filmé à Hollywood et diffusé sur les écrans peu avant la "Crimée", a rapporté à la Russie deux fois plus de bénéfices et a été regardé par deux fois plus de téléspectateurs.

La Première du film "Crimée" a eu lieu à la fin septembre au Kremlin, et il était accompagné d'un scandale. Il a été constaté que sur l'un des principaux sites cinématographiques en Russie, sous le nom de KinoSearch, des dizaines de milliers de comptes ont été piratés afin d'augmenter sa « cote d’attente ». Le site Web a découvert un piratage informatique et a supprimé les faux votes, après quoi la note du film est passée de 60 à 21%. Actuellement, "Crimée" gagne deux points et demi sur 10 possibles. A titre de comparaison : "Kingsman" a obtenu 7,2 points.

Crimea

Amour russe interdit

Tatiana est une écolière de 17 ans de Sotchi et une grande amoureuse de l'histoire ukrainienne du XXe siècle. Pavel est un étudiant de Kiev de 19 ans de la Faculté de philosophie, ainsi qu'un grand patriote de l'Ukraine. L'histoire de leur amour commence dans le réseau social russe VKontakte en janvier 2017, quand ils découvrent qu'ils ont beaucoup en commun. Tous deux sont extrêmement passionnés par la biographie complète de Stepan Bandera, et tous les deux adorent lire sur le nationalisme ukrainien. Bientôt, ils tombent amoureux et commencent à faire des plans, avec l'intention de vivre ensemble en Ukraine, à former en tant que bénévole dans un camp militaire, puis aller dans le Donbass. Mais quand Tatyana demande un passeport, les gens du FSB viennent la voir. On lui dit que si elle accepte de coopérer, elle rencontrera Pavel et lui posera quelques questions, elle recevra un passeport sans délai. Tatiana parle à son amoureux, et il accepte une réunion qui aura lieu en Biélorussie, où Tatiana n’a pas besoin de passeport.

Les jeunes se rencontrent dans la ville biélorusse de Gomel en présence de la mère de Tatyana. La réunion était courte. Ils ne pouvaient que s’embrasser et parler de plans pour l'avenir. Pavel et Tatyana ne se sont plus revus. Peu de temps après sa séparation avec son bien-aimé Pavel, il a été kidnappé et transporté en Russie, où il a été accusé de terrorisme.

Cette histoire d'amour n'est pas une histoire d'un film. Tel est le cas dans la vraie vie, qui a été rapporté par la chaîne de télévision ukrainienne « Gromadska telebachennya » et « Novaya Gazeta », où ils enquêtent sur la mystérieuse histoire de la disparition d'un citoyen ukrainien en Biélorussie, a annoncé plus tard dans une prison russe dans la ville de Krasnodar. Les autorités biélorusses nient avoir détenu Pavel, mais reconnaissent que les Russes l’ont inclus dans une liste de personnes recherchées. Le 13 septembre, soit près de trois semaines après la disparition de Paul, les autorités russes ont finalement admis qu'il était en état d'arrestation en Russie.

Le gouvernement russe n'a pas commenté l'histoire de Pavel et Tatyana

 

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS